Réforme du code du travail : entre 200.000 et 400.000 manifestants dans toute la France

DANS LA RUE - Ce mardi 12 septembre a marqué le début des hostilités contre la réforme du code du travail par ordonnances du gouvernement. Les manifestants ont été nombreux à défiler, faisant reconnaître une "mobilisation d'un certain niveau" au gouvernement. De prochaines mobilisations sont déjà prévues.

Les manifestations contre la réforme du code du travail ont rassemblé mardi 223.000 personnes dans toute la France, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, contre un chiffre de 400.000 annoncé par la CGT.  "Pour une première, c'est une bonne première", a réagi le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, à l'initiative de cette journée d'action avec Solidaires, la FSU et l'Unef, se félicitant d'une "très forte" mobilisation.  Reconnaissant une "mobilisation d'un certain niveau", le porte-parole du 

gouvernement, Christophe Castaner a dit sur CNews "entendre les craintes" et  devoir "y apporter des réponses".


A Paris, un cortège réunissant 60.000 personnes selon la CGT et 24.000 selon la police a défilé entre Bastille et place d'Italie au son d'une fanfare animée par des forains, certains déguisés en clowns. Il a été stoppé à plusieurs reprises par des heurts, et les forces de l'ordre ont répliqué à des jets de projectiles par des gaz lacrymogènes et un canon à eau. La préfecture de police, qui a fait état de la présence dans le cortège de "300 personnes encagoulées", a rapporté "quelques dégradations". Elle a également recensé un blessé parmi les manifestants, conduit à l'hôpital. A Marseille, la préfecture a compté 7.500 manifestants, les organisateurs 60.000, quelques incident ont aussi eu lieu. Les opposants à la réforme étaient entre 8.000 et 16.000 à Toulouse. Au Havre, la ville du Premier ministre Edouard Philippe, la police comptabilisait 3.400 manifestants. A Nantes, des échauffourées ont éclaté en fin de manifestation. Au total, 13 personnes ont été interpellées en France, a précisé l'Intérieur.


Dans le cortège marseillais, le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a promis de "faire reculer" le président de la République, car "ce pays ne veut pas du monde libéral".

Live

BILAN


223.000 manifestants dans toute la France, selon le Ministère de l'Intérieur

TÉMOIGNAGE

CHIFFRE


400.000 manifestants dans toute la France, selon la CGT

BILAN


La manifestation régionale interprofessionnelle contre la réforme du code du travail a rassemblé ce mardi 24 000 personnes.


Après un rassemblement dans le calme, le cortège a débuté sa progression. Très vite un groupe de 300 individus cagoulés et vêtus de noir s’est placé à sa tête. A l’angle de la rue Campo-Formio et du boulevard de l’Hôpital ce groupe s’est livré à des jets de projectiles en direction des forces de l’ordre qui ont dû faire usage de gaz lacrymogène, et du lanceur d’eau à une reprise rue Edouard Manet, notamment pour protéger les abords de l’hôtel de police du 13ème arrondissement.


Malgré ces quelques incidents le cortège a poursuivi sa progression normale jusqu’à la place d’Italie.


Les forces de l’ordre ont procédé à 4 interpellations (port de fumigène, jets de projectiles sur agents de la force publique, outrage et rébellion).


7 personnes ont été prises en charge par les services de secours dont une, blessée légèrement, conduite à l’hôpital.


Le dispositif de maintien de l’ordre mis en place a permis de contenir les incidents et de limiter à quelques faits (2 vitrines brisées, panneaux publicitaires, un véhicule de police…) les dégradations commises par les individus les plus violents. 


Par ailleurs aucun blessé n’est à déplorer parmi les forces de l’ordre.

INSOLITE


L'homme qui chante nu pendant la manifestation fait le buzz sur les réseaux sociaux.

INCIDENTS


Des images des heurts durant la manifestation parisienne contre la réforme du Code du travail ce mardi

CHIFFRES


La manifestation parisienne contre la réforme du Code du travail a rassemblé mardi 24.000 personnes, a déclaré la préfecture de police de Paris, contre 60.000 selon la CGT.
  

Trois personnes ont été interpellées, dont deux pour des jets de projectiles et un manifestant a été blessé, a précisé la préfecture de police. Le cortège a été plusieurs fois arrêté par des incidents, notamment par des jets de projectiles lancés sur les forces de l'ordre qui ont répliqué en faisant usage de gaz lacrymogène et de canon à eau.

EN DIRECT


Notre correspondant Noé Gandillot fait le point sur la manifestation

CHIFFRE


60.000 manifestants à Paris, selon la CGT

120 000 


C'est le nombre de manifestants en France ce matin selon le Ministre de l'intérieur Gérard Collomb : "il faut toujours être attentifs à l'expression de nos concitoyens mais aussi déterminés à reformer la France. "

BENOIT HAMON

POINT


Après un début très calme, on note sur place une seule interpellation pour un fumigène. On constate actuellement quelques échauffourées boulevard de l'Hopital à quelques centaines de mètre de la Place d'Italie. 


Environ 300 personnes cagoulées selon la Préfecture de Police (en tête de cortège depuis le début) qui ont détruits quelques abribus, un panneau publicitaire, une agence bancaire. 


A noter également quelques jets de projectiles sur les forces de l'ordre. Les forces de l'ordre ont répliqué par des gazs lacrymogènes. La manifestation continue d'avancer.

GAZ LACRYMOGENE 


Selon David Perrotin, journaliste à Buzzfeed qui live-tweete en direct, les CRS répliquent aux jets de projectiles. 

DÉGRADATIONS


Selon Sylvain Mouillard, journaliste à Libération, des premières dégradations et des jets de projectiles émanent du cortège.

MANIFESTATION EN 360 


Suivez les cortèges parisiens comme si vous y étiez sur notre page Facebook LCI

BESANCENOT

PARIS

Les forains, après avoir multiplié les opérations escargots sur les routes ce matin, ont également pris part au cortège parisien.

HAMON

Benoît Hamon participe lui aussi à la manifestation et défile à Pais.

MARTINEZ

Selon Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, "plus de 100.000 personnes" avaient déjà manifesté à midi "en province". "C'est une première qui s'annonce réussie" a-t-il déclaré au départ de la manifestation parisienne. 

PARIS

Notre reporter est au coeur de la manifestation parisienne, regardez son Facebook Live.

PARIS

Le cortège parisien s'est élancé depuis la place de la Bastille, avec à sa tête le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

GRENOBLE

RENNES / CLERMONT-FERRAND

VIDÉO - Les images des cortèges à Rennes et à Clermont-Ferrand.

MARSEILLE

VIDÉO - Des manifestants marseillais explliquent pourquoi ils font grève aujourd'hui.

MARSEILLE

La guerre des chiffres a commencé à Marseille, où la CGT annonce 60.000 manifestants, et la police 7.500.

FORCE OUVRIÈRE

A l'instar de leurs collègues de la CFDT, certains syndicalistes de Force ouvrière, dont la direction avait refusé de rejoindre la CGT, ont décidé de défiler dans les rues en vue de contester les ordonnances de Muriel Pénicaud.

CFDT

Un invité inattendu

PIERRE LAURENT

"Il y a un réveil social très fort et Emmanuel Macron va devoir en tenir compte", vient de déclarer le patron du PCF au micro de LCI, depuis La Bastille où il s'apprête à participer au défilé parisien.

LYON

Le cortège s'est élancé dans la ville, mais plusieurs internautes qui y participent ont signalé des tensions avec la police, assurant qu'elle bloque les manifestants.

PARTICIPATION

Selon les premières estimations de la police, 3.000 personnes ont défilé à Caen ce matin, de même qu'à Saint-Nazaire, tandis que les manifestants étaient 3.600 à Tours. Plusieurs milliers de personnes se sont également réunies à Marseille (la GCT en revendique 60.000) ou à Bordeaux. Rappelons que le cortège parisien doit s'élancer à 14 heures.

MÉLENCHON

"Monsieur Macron sait que c'est un bras de fer, il l'a voulu" a déclaré le leader de La France insoumise dans le cortège marseillais.

MÉLENCHON

A Marseille, Jean-Luc Mélenchon a demandé à Emmanuel Macron de ne pas pourrir la vie des Français. "Les gens ont assez de problèmes comme ça, n'en rajoutez pas."

EDUCATION NATIONALE

Selon le ministère de l'Education nationale, les taux de participation au mouvement de grève pour la totalité des académies a été de 3,02% (moyenne générale pondérée).

MÉLENCHON

"Maintenant, on ferme sa bouche et on avance avec les syndicats". Voilà qui résume la pensée du leader de la France insoumise, à Marseille, où il défile derrière la CGT, avant de mener, avec la France insoumise, sa propre manifestation, le 23 septembre.

PÉNICAUD

La ministre du Travail Muriel Pénicaud, interrogée en marge d'un colloque à Paris, sur les éventuels changements à attendre d'une contestation majeure de grande ampleur, a répondu : "Ce n'est pas le sujet". "Le dialogue social ça ne veut pas dire qu'on est d'accord tout le temps, chacun dans une démocratie a droit d'exprimer sous la forme qu'il souhaite son avis" a dit la ministre, interrogée sur l'apparente contradiction de son intervention à l'Institut Montaigne, où elle a loué "le dialogue social" et le mécontentement suscité par sa réforme.

REIMS

ROUEN

RENNES

TOUR EIFFEL

Selon BFM, un préavis de grève a été déposé par le personnel de la Tour Eiffel. Il entrerait en vigueur à 14h30.

LYCÉES

Les lycéens prennent eux aussi part à la contestation. Plusieurs lycées sont bloqués depuis ce matin dans toute la France. En Ile-de-France, selon une journaliste du Parisien, tous les blocus ont été levés.

Regardez notre Facebook Live en direct de la place de la Concorde avec des forains en colère.

MARSEILLE

Jean-Luc Mélenchon, député des Bouches-du-Rhône, défile ce matin à Marseille. 

MONTPELLIER

L'enjeu est important pour Emmanuel Macron : il espère que cette réforme va faire "gagner la bataille du chômage de masse". La séquence est toutefois délicate pour le président, en chute dans les sondages. Au moment même où les manifestants défilaient, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, assurait lors d'un colloque que le pays était "mûr pour inventer une flexisécurité à la française". La CGT a déjà appelé à une autre mobilisation, le 21 septembre, à la veille de la présentation du projet en Conseil des ministres et deux jours avant celle de La France Insoumise.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme du code du travail

Plus d'articles

Sur le même sujet