Réforme du droit du travail : le gouvernement reste "à l'écoute" selon Macron

Réforme du droit du travail : le gouvernement reste "à l'écoute" selon Macron

PROJET DE LOI - Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a voulu se montrer rassurant dans son interview au JDD où il affirme que le gouvernement ne cherche pas à passer en force.

Emmanuel Macron va-t-il réussir à apaiser les inquiétudes des syndicats et de tous les citoyens opposés à la réforme du droit du travail ? Pas sûr, mais il essaye. Le ministre de l'Economie joue l’ouverture dans une interview publiée ce dimanche 28 février dans les colonnes du Journal du Dimanche.

“Le gouvernement est à l’écoute et ne considère pas que tout est intangible”, affirme-t-il au journal . N’en déplaise à la ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui avait évoqué le recours au 49-3 pour faire passer sa réforme.

"Nous sommes à un moment du quinquennat où on ne peut pas tout brutaliser, car ce serait prendre le risque de refermer les débats pour longtemps sans avoir réglé les problèmes", estime le ministre, qui entend “mener un vrai débat démocratique, de manière calme et dépassionnée”.

Un défaut de communication, rien d'autre

Trop tard peut-être ? La réforme du droit du travail a déjà fait se lever de nombreux boucliers et plus de 700.000 signatures dans une pétition pour son renoncement . Emmanuel Macron tend toutefois la main aux syndicats en affirmant qu’il faut “les entendre, les respecter, discuter" et "leur donner une plus grande part à la négociation collective".

Car le ministre estime que le problème est la manière dont est présenté le projet de loi, et non pas le texte lui-même. Ce dernier prévoit, entre autres, des référendums d'entreprise pour valider des accords minoritaires, une clarification des critères de licenciement économique, un plafonnement des indemnités prud'homales et la primauté des accords d'entreprise en matière de temps de travail.

EN SAVOIR +
>>
Faut-il s'attendre à des semaines de 60 heures ?
>>
Les licenciements seront-ils facilités ?
>>
Comment seront payées les heures sup' ?
>>
Aurez-vous moins de jours de congé exceptionnels ?

"Cette loi est cohérente. Elle parle au pays aujourd'hui", lance Emmanuel Macron. "On ne peut pas déclarer l'état d'urgence économique et social, et ne rien faire sur le marché du travail".

Et d’ajouter : "Mais, si l'on n'explique pas les déficiences du système actuel et ce vers quoi on veut aller, alors on ne peut créer ni du consensus, ni du progrès (...) C'est ce qu’il s’est passé il y a dix ans avec le CPE. La France a malheureusement l’habitude de projets lancés sur des enjeux réels mais qui, mal emmanchés, finissent dans la crispation et l’omerta politique.”

A bien comprendre le ministre, une fois expliquée, cette réforme devrait convaincre tout le monde.

À LIRE AUSSI
>> 
#OnVautMieuxQueCa : les YouTubeurs contre la réforme du Code du travail
>> 
Pétition, syndicats : Myriam El Khomri tente de déminer sur tous les fronts
>> 
QUIZ - Réforme du travail : ces mesures ont-elles été prises par la gauche ou par la droite ?

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques