Réforme du travail : le gouvernement va-t-il à nouveau passer en force ?

Réforme du travail : le gouvernement va-t-il à nouveau passer en force ?

ÇA PASSE OU ÇA CASSE - Dans une interview aux Echos jeudi 18 février, la ministre du Travail Myriam El Khomri n'exclut pas un nouveau recours à l'article 49.3 pour faire passer sans vote sa réforme qui prévoit, notamment, l'assouplissement des 35 heures. Comme pour la loi Macron. Sauf que le texte ne plaît pas du tout au patron du PS.

Cela deviendrait presque une habitude. Alors que Myriam El Khomri, la ministre du Travail, défend la réforme qu'elle compte présenter à l'Assemblée début avril, elle prévient déjà que le gouvernement pourrait passer outre un vote des députés.

Dans une interview aux Echos, la ministre annonce en effet qu'elle pourrait, si nécessaire, recourir à l'article 49.3 de la Constitution qui permet d'organiser un débat sans vote. Précisément celui qui avait déjà été employé en juin dernier pour faire passer la très décriée loi Macron, qu'une partie de la gauche voulait retoquer.

A LIRE AUSSI >> 4 choses à savoir sur le compte personnel d'activité

Le patron du PS menace

"Nous voulons convaincre les parlementaires de l’ambition de ce projet de loi. Mais nous prendrons nos responsabilités", explique Myriam El Khomri dans cet entretien avec le quotidien économique. Tout en se préparant à un débat parlementaire particulièrement "nourri". La réforme, inspirée du rapport Combrexelle, publié en septembre dernier, prévoit notamment un assouplissement des 35 heures par accord d'entreprise, le référendum d'entreprise, et des mesures pour clarifier les règles du licenciement économique afin de sécuriser l'employeur.

EN SAVOIR + >> Et si votre salaire n'était bientôt plus régulé par la loi ?

La perspective d'un "49.3" pour cette réforme risque de mettre rapidement le feu au sein du Parti socialiste, déjà divisé par les réformes économiques et, plus récemment, le débat sur la déchéance de nationalité. Ce jeudi matin sur BFMTV, le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a averti le gouvernement : "Il va y avoir une discussion parlementaire. Pour l'instant, le texte ne montre pas d'équilibre entre la flexibilité et la sécurité. On ne peut pas avoir de flexibilité s'il n'y a pas, également, de sécurité". 

Même réaction du député PS Benoît Hamon ce jeudi. Ce membre de "l'aile gauche" prévient que le futur projet de loi sur le Travail "ne passe pas" et que "ce ne sera pas une affaire de quelques frondeurs face au gouvernement, il y aura sur ce projet de loi des débats extrêmement intenses". La menace a le mérite d'être claire. 

À LIRE AUSSI >>  Loi Macron : Valls fait passer en douce une mesure polémique

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques