"Résister, c'est se confronter à la réalité" : la réponse cinglante de Valls à Taubira

"Résister, c'est se confronter à la réalité" : la réponse cinglante de Valls à Taubira

ET TOC - Le Premier ministre Manuel Valls a lancé jeudi un message à l'attention de Christiane Taubira, qui a démissionné la veille du gouvernement. Un tacle à l'attention de celle qui disait : "Parfois résister c'est rester, parfois résister c'est partir".

Manuel Valls ne cite pas de poète, mais il aime lui aussi lancer des formules. Jeudi matin, lors de ses vœux à la presse, le Premier ministre a lancé une pique à l'adresse de Christiane Taubira, qui a démissionné la veille de sa fonction de ministre de la Justice.

Lors de son discours de départ, l'ex-garde des Sceaux avait lancé, mercredi : "Parfois résister c'est rester, parfois résister c'est partir". Invoquant un "différent politique majeur" avec le gouvernement sur l'extension de la déchéance de nationalité pour les terroristes condamnés.

"Résister, ce n'est pas faire des discours"

Réponse de Manuel Valls : "Résister aujourd'hui ce n'est pas proclamer, ce n'est pas faire des discours, c'est se confronter à la réalité". Le chef du gouvernement ne visait pas explicitement son ancienne ministre, mais il brossait un portrait en creux de ceux "qui ont la tentation de partir, de fuir leurs responsabilités".

"Souvent", a-t-il également observé, "ce qui ne marche pas dans la vie politique, ce ne sont pas les sujets de fond mais l'attitude de chacun, et un certain narcissisme, ça nous arrive tous". Christiane Taubira appréciera… Toutefois, Manuel Valls n'a pas oublié de rendre un hommage à son ancienne garde des Sceaux. "Souvent attaquée, elle est toujours restée digne et a toujours reçu notre soutien. Samedi, nous nous sommes vus et nous avons convenu que nous avions bien travaillé ensemble. Mais la cohérence exige qu'en cas de désaccord […] chacun en tire les conséquences". C'est chose faite.

À LIRE AUSSI
>> Déchéance de nationalité : les concessions de Manuel Valls en quatre points

>> Taubira : une démission qui pose question
>> Taubira sur Canal : "Je ne serai pas candidate aux primaires de la gauche"

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques