Ségolène Royal sur François Bayrou : "On ne peut pas dire je suis citoyen et pas ministre"

RÉACTION - Invitée de la matinale de LCI jeudi matin, Ségolène Royal a réagi au couac gouvernemental provoqué par François Bayrou, qui continue de revendiquer sa liberté de ton en tant que ministre malgré les rappels à l'ordre de son Premier ministre. Or, selon l'ancienne ministre de l'Environnement, "la pression sur la presse par rapport à des enjeux de justice ce n’est certainement pas la responsabilité du garde des Sceaux".

François Bayrou continue à revendiquer sa liberté de ton, malgré le rappel à l'ordre du Premier ministre Edouard Philippe. Ce premier couac gouvernemental a fait beaucoup réagir, notamment Ségolène Royal sur l'antenne de LCI ce jeudi matin. Interrogée sur cette affaire, l'ancienne ministre de l'Environnement a déclaré : "Lorsqu’on devient membre d’un gouvernement, lorsqu’on a l’éminente responsabilité, la chance de se transformer de citoyen en ministre, on ne peut pas dire ‘Je suis ministre donc je me comporte en citoyen’." 

Elle a également loué l'attitude du Premier ministre, qui avait tenté de recadrer François Bayrou, en lui rappelant qu'il devait rester exemplaire. "Je crois qu’Edouard Philippe a dit parfaitement ce qu’il fallait dire en tant que chef du gouvernement. Ça existe la liberté de parole, mais dans le cadre de ses responsabilités. Et en plus, ça existe lorsqu’on respecte ses compétences. La pression sur la presse par rapport à des enjeux de justice ce n’est certainement pas la responsabilité du garde des Sceaux", a continué Ségolène Royal.

Une critique partagée par Xavier Bertrand

Un peu plus tôt, Xavier Bertrand avait lui aussi condamné l'attitude de François Bayrou, affirmant que "oui, il y a un problème Bayrou". "On ne sait pas bien.... M. Bayrou, il est vice-Premier ministre, il est vice-président ?" 

En vidéo

Xavier Bertrand : "Oui, il y a un problème Bayrou"

"On nous avait dit qu'on allait voir ce qu'on allait voir et que vraiment les choses allaient bien tourner. Bien, il y a quand même le Premier ministre qui recadre, et je pense qu'il a raison, François Bayrou, François Bayrou qui dans la journée dit 'Je m'en moque', qui le lendemain va à la radio pour dire 'Je m'en moque vraiment'. Ça pose un problème de fonctionnement (...). Et aujourd'hui, le président de la République doit nous dire si on s'est trompé".

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques