Terrorisme : quand la pétition de NKM réveille les partisans de la peine de mort

Terrorisme : quand la pétition de NKM réveille les partisans de la peine de mort

PLUS DE TABOU - La députée de l'Essonne a lancé mardi une pétition à succès pour instaurer des peines de perpétuité "réelle" pour les auteurs d'actes terroristes. Parmi les signataires, les partisans de la peine de mort semblent très, très nombreux.

Une pétition débordée par son succès. On ne compte plus les pages compilant les signataires de la pétition de la députée de l'Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet, visant à instaurer une peine de perpétuité "réelle" pour les auteurs d'actes terroristes.

La députée, également candidate à la primaire des Républicains en novembre 2016, a fait de cette mesure son cheval de bataille après les attentats de Bruxelles. Lors des questions au gouvernement, mardi, elle a même trouvé une oreille attentive auprès du Premier ministre, qui s'est dit "ouvert" à toutes les propositions.

EN SAVOIR + >> Xavier Bertrand y va de son petit couplet sur la perpétuité réelle et la peine de mort

Plus simple : la peine de mort

Le principe de la prison à vie rencontre un succès indéniable chez les signataires. Mais ces derniers vont souvent (beaucoup) plus loin. A lire les multiples commentaires laissés par ces derniers, nombreux sont ceux qui ne voient pas pourquoi l'on s'arrêterait en si bon chemin. Ils réclament donc, tout simplement, la peine de mort pour les terroristes.

Les messages de ce type se multiplient désormais  sur le site de campagne de la candidate "modérée" à la primaire de la droite. Ils font d'ailleurs écho aux propos tenus, jeudi matin, par Xavier Bertrand sur BFMTV. Ce dernier indiquait ainsi qu'il n'aurait probablement "pas voté l'abolition de la peine de mort " en septembre 1981, et considérait que la contrepartie à cette abolition devait être la prison à vie.

Parmi les nombreux commentaires, certains estiment que les kamikazes n'ayant 'pas peur de la mort, rendons leur ce service, faisons des économies", ou encore qu'il faut leur laisser la possibilité d'opter "pour la peine de mort, s'ils préfèrent, question d'économie pour la société".

A LIRE AUSSI
>> Attentats de Bruxelles : surenchère de propositions antiterroristes chez les députés

>> Pourquoi la "perpétuité réelle" ne peut pas être appliquée aux terroristes

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques