Une élue PS proche de Manuel Valls accusée d'avoir escroqué son député

Une élue PS proche de Manuel Valls accusée d'avoir escroqué son député

JUSTICE - Fatoumata Koïta, maire adjointe d'Evry qui avait fait ses classes aux côtés de Manuel Valls, est soupçonnée d’avoir financé son train de vie personnel avec, en partie, des fonds destinés à indemniser le député dont elle est l’assistante parlementaire. Une enquête préliminaire a été ouverte.

Shopping chez Mango, Zara ou Sephora, places de cinéma, achats sur Internet et même billets d’avion. Fatoumata Koïta, conseillère départementale socialiste de l'Essonne et maire adjointe d'Evry, est soupçonnée d’avoir siphonné les comptes bancaires du député de Mayotte, Saïd Boinali, dont elle est l’assistante parlementaire, pour financer son train de vie personnel, révèle Mediapart.

Parmi les comptes visés, celui alimenté chaque mois à hauteur de 5700 € par l’Assemblée nationale pour couvrir les dépenses professionnelles du député – la fameuse "indemnité représentative de frais de mandat" – appelé compte IRFM.

Un préjudice de plusieurs dizaines de milliers d'euros

Le petit manège de Fatoumata Koïta aurait duré une année. Entendue dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à Evry, la jeune élue, âgée de 32 ans, "a reconnu avoir frauduleusement utilisé six formules de chèques et la carte bancaire mis à disposition de Saïd Boinali" en sa qualité de parlementaire, a indiqué le parquet dans un communiqué.

"L'antenne PJ d'Evry du service régional de police judiciaire a été saisie d'un complément d'enquête pour préciser le montant exact des détournements opérés et les conditions dans lesquelles (ils) ont été réalisés", a ajouté le parquet. Selon Mediapart , ils pourraient se chiffrer en plusieurs dizaines de milliers d’euros. Le député a assuré avoir entamé une procédure de licenciement contre elle, même si, pour l'instant, "elle travaille toujours" pour lui.

Proche de Manuel Valls

Tout a commencé début 2015, lorsque Saïd Boinal découvre que ses comptes à la banque postale de l’Assemblée nationale sont bloqués, à cause d’un gros découvert entraîné par "des dépenses engagées dont [il n'était] pas l'auteur", explique-t-il à l’AFP. Il porte plainte. "Dans le cadre de leurs investigations, les enquêteurs du commissariat de Mamoudzou (Mayotteà ont mis en cause une personne résidant dans ce département d'outre-mer et ont découvert qu'une partie des formules de chèques pouvait avoir été utilisée par Mme Fatoumata Koïta", explique le parquet d'Evry, qui a été saisi en juin 2015 pour le volet concernant l'élue.

Pour Fatoumata Koïta, ancienne assistante marketing devenue élue socialiste du département et de la mairie d'Evry, le coup est rude. Adjointe en charge de l'enfance en 2014, elle était couvée par Manuel Valls quand il était encore maire d'Evry. Le Premier ministre voyait en elle un parfait symbole de la diversité. C'est d'ailleurs lui qui avait fait des pieds et des mains pour l'installer au conseil national du PS.

Bartolone exige des poursuites

Le maire de la ville, Francis Chouat, qui se dit "stupéfait", a "demandé à l'intéressée de se mettre en retrait de son activité d'élue à la ville et au département dans l'attente de la décision de la justice". De son côté, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a indiqué à l’AFP avoir adressé un courrier au député "afin de vérifier que ce dernier avait bien engagé des poursuites". "Dans le cas contraire, a-t-il ajouté, le président de l'Assemblée nationale engagera lui-même lesdites poursuites".

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques