VIDEO - Aix-en-Provence : les vœux d’un élu PS perturbés par un groupe d’extrême droite

VIDEO - Aix-en-Provence : les vœux d’un élu PS perturbés par un groupe d’extrême droite

INCIDENT - Lundi soir, la cérémonie des vœux de Jean-David Ciot, député de la 14e circonscription des Bouches-du-Rhône, a été perturbée par une quinzaine d’individus se réclamant du groupe "Action française". Ces derniers ont été repoussés et se sont enfuis avant l'arrivée de la police.

Cérémonie des vœux agitée lundi soir, dans le théâtre d’Aix-en-Provence. Alors que Jean-David Ciot, député socialiste de la 14e circonscription des Bouches-du-Rhone, achevait de souhaiter une bonne année à ses supporters et administrés, une quinzaine de personnes, visages camouflés, relate La Provence , ont fait irruption dans la salle de spectacles. Scandant "A mort Ciot", les assaillants se sont revendiqués du groupuscule "Action Française", référence directe au mouvement ultra-nationaliste du début du 20e siècle incarné par Charles Maurras.

Coup de poing au visage

Dans une vidéo publiée sur le site de La Provence, on y voit clairement une empoignade entre les intrus et les partisans du député, ainsi que deux vigiles qui étaient postés à l’entrée. Dans la mêlée, l'attaché parlementaire de l’élu, Pierre-Olivier Salles, a reçu un coup au visage, rapporte encore le quotidien régional. Les agresseurs, eux, ont pu prendre la fuite avant l'arrivée des forces de l'ordre.


Ce mardi matin, la rue de Solferino a vivement condamné ce "climat de violence et de menace", alimenté par des "nervis d’extrême droite" et "exprime sa solidarité envers les socialistes des Bouches-du-Rhône". En outre, le PS rappelle qu’il s’agit de la seconde fois en quelques semaines que l’Action française locale perturbe une réunion socialiste. Le 2 décembre dernier, toujours à Aix-en-Provence, des militants d’extrême droite, aux cris de "Socialistes assassins" ou encore "On est chez nous, on est chez nous !" avaient troublé une conférence sur le Front national organisée par le PS à Science-Po. A cette époque, Jean-David Ciot avait demandé au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, la dissolution de l’organisation. 

A LIRE AUSSI >> Hommage à Jeanne d'Arc : les Femen défient l'Action française

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques