VIDÉO – Droits des femmes : Marlène Schiappa répond aux polémiques sur LCI

RÉPLIQUES - La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a réagi, ce lundi soir, sur le plateau de "24h en questions", à son actualité la plus brûlante.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les derniers jours de Marlène Schiappa ont été plutôt agités. Invitée ce lundi soir de "24h en questions" sur LCI, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité femmes-hommes avait donc forcément des choses à dire. Elle a d’abord été interrogée au sujet de l’article du site Atlantico affirmant qu’elle avait écrit sous pseudonyme des romans érotiques, et surtout sur le surtitre qui l’accompagnait, la qualifiant de "reine des sal…". 

Si je vais attaquer en justice ? Je suis membre de gouvernement, attaquer la presse, c’est un sujet vraiment particulier...Marlène Schiappa

"Il y a eu une injure publique, mais j’aimerais que le débat dépasse ma personne. Moi je pense à toutes les femmes qui sont dans des villages, qui ne sont pas au gouvernement, les jeunes femmes de 14, 16 ou 18 ans et qui sont insultées sur les réseaux sociaux… Les injures publiques sont passibles de peines de prison ou d’amendes. C’est important de dire que c’est inadmissible. Parce que ça veut dire que si une jeune fille de 16 ou 18 ans est soupçonnée d’avoir dit ou écrit quelque chose sur la sexualité en général ou sa sexualité, elle sera injuriée de la sorte et tout le monde trouvera ça normal, puisque même les médias le font", a-t-elle asséné. 

Avant de poursuivre ainsi : "Je veux dire que c’est du sexisme, que c’est intolérable et que c’est condamné. La République ne tolère pas ce type d’injures à caractère sexiste. Si je vais attaquer en justice ? Je suis membre de gouvernement, attaquer la presse, c’est un sujet vraiment particulier. On verra. Mais là je dois prendre la parole. Il y a des jeunes filles qui se suicident après avoir été harcelées sur internet. Moi j’ai le recul nécessaire et des moyens de me défendre. D’autres ne sont pas invitées sur LCI, donc je le dis pour elles."

En vidéo

Marlène Schiappa dément les coupes budgétaires

Quelques minutes auparavant, Bénédicte Le Chatelier était revenu sur l’autre grande affaire concernant son invitée, à savoir  la "colère" d'associations, restées anonymes, récemment informées d'une possible réduction d'environ 25% des subventions allouées à la lutte contre les violences faites aux femmes... "Je ne sais pas d’où ce chiffre est sorti. Il sort de nulle part, a répliqué la secrétaire d’État. On a eu une réunion de cadrage budgétaire la semaine dernière. Il y a été acté qu’il y aura une sanctuarisation des subventions pour les associations qui accueillent des femmes victimes de violences sexuelles ou sexistes. C’est une priorité de l’action qu’on mène. Il n’y aura donc pas de coupes. J’ai emmené la note de cadrage, vous pouvez la montrer, puisqu’on m’a dit qu’il fallait une preuve." Problème : on ne peut pas distinguer ce qui est écrit sur les images.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

24 heures en questions

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques