VIDÉO - Les confidences de Nicolas Sarkozy dans "Sept à Huit"

VIDÉO - Les confidences de Nicolas Sarkozy dans "Sept à Huit"

LE RETOUR - Préparé dans le plus grand secret, le livre de Nicolas Sarkozy, "La France pour la vie", sort lundi en librairies. Un ouvrage dans lequel l'ex-Président fait le bilan de ses années de pouvoir. Dimanche soir, l'ancien chef de l'Etat était l'invité de l'émission "Sept à Huit" sur TF1. Retrouvez ci-dessous l'essentiel de ses déclarations, ainsi que la vidéo intégrale de l'entretien avec Thierry Demaizière.

Même si, en politique, il ne faut jurer de rien, il devrait s’agir de sa seule télévision pour la promotion de son livre. Dimanche soir, Nicolas Sarkozy était l’invité de l’émission de TF1, Sept à Huit, à la veille de la sortie très attendue de son ouvrage, La France pour la vie (Plon). Un livre que l’ancien chef de l’Etat a voulu introspectif et dans lequel il balaie l’ensemble des sujets qui ont fâché durant son mandat, tout en livrant ses commentaires - parfois grinçants - sur ses amis et adversaires politiques. Et s’il refuse toute idée "mea culpa" généralisé, préférant parler de "retour d’expérience", l’ex-locataire de l’Elysée cherche, par un registre intimiste, à renouer le fil avec des Français qui, selon les récents sondages, semblent pourtant avoir tourné la page Sarkozy.

"Il y a encore de l’eau qui coule de la source"

Alors, chez lui, en costume-cravate, face à Thierry Demaiezière, réputé pour faire vibrer le corde sensible de ses interlocuteurs, qu’a dit l’ancien Président à ses concitoyens ? D’abord qu’il nourrit des regrets - 27 tout au long du livre - sur les cinq ans qu’il a passés au sommet de l’Etat. "Je regrette d’avoir trop cédé à la pensée unique. J’aurais tellement voulu en faire plus", retient-il comme principale amertume de son quinquennat. Des moments plus spécifiques et qui ont soulevé la polémique sont évidemment abordés, comme son son séjour sur le yacht de Vincent Bolloré ou le "Casse-toi pov’ con" du salon de l’Agriculture 2008. "J’ai abaissé la fonction présidentielle", admet Nicolas Sarkozy au sujet de ce dernier accroc.

Allant plus loin dans l’introspection, l’ancien chef de l’Etat, qui dit avoir appris de l'échec de 2012, explique être habité "par le sentiment d’être illégitime". "Je n’ai jamais appartenu à une forme de bourgeoisie, à une sorte d’élite”, développe-t-il, comme pour mieux souligner son abnégation à atteindre les buts qu’il se fixe. Forcément interrogé, justement, sur ses ambitions, l’ancien chef de l’Etat, qui n’oublie pas de tacler son successeur - "chaleureux en privé et ‘glacé’ en public" - souffle le chaud et le froid. "C’est les Français (sic) qui répondront", balaie-t-il. "La question de ma candidature n’est pas automatique (...) Je n’irai que si c’est utile", explique-t-il plus loin. Tout en s’empressant d’ajouter que, s'il se méfie "du match de trop", l’intérêt suscité par son ouvrage indique, selon lui, "qu’il y a encore de l’eau qui coule de la source"...

 Retrouvez ci-dessous la vidéo intégrale de l'entretien


A LIRE AUSSI 

>> Un livre politique, ça se vend ou pas ?
>> 
Livre-confession de Nicolas Sarkozy : "un inventaire bien tardif"
>> 
Les 5 erreurs ou omissions du livre de Nicolas Sarkozy
>> 
Livre-confession de Sarkozy : à droite, on le lira... " au moins en diagonale"
>>  Mariage pour tous : la volte-face de Sarkozy en 3 actes

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques