VIDÉOS - Valls, Sarkozy, Hollande... Homme politique : un métier à hauts risques, surtout pour l'amour propre

La candidature de Manuel Valls

Voir
CRÈME DE LA CRÈME - Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou ou encore Jean-Pierre Chevènement ont un point commun (hormis celui de faire de la politique, bien sûr) : tous ont été enfarinés, entartés, voire même baffés, comme Manuel Valls ce mardi dans les Côtes d'Armor.

C’est un "honneur" dont ils se seraient bien passés… Comme BHL à plusieurs reprises, le personnel politique est parfois lui aussi victime de tartes à la crème ou de jets de farine, mais aussi de gestes déplacés. Manuel Valls est entré ce mardi dans ce club très masculin des personnalités politiques "à qui on ne veut pas que du bien". 


Un jeune homme a, en effet, tenté de gifler le candidat à la primaire initiée par le PS, lors d'un déplacement de l'ex-Premier ministre dans la petite ville de Lamballe (Côtes-d'Armor). Manuel Valls qui attise manifestement les réactions épidermiques. Déjà, le 22 décembre dernier, il avait été enfariné alors qu'il visitait le marché de Noël à Strasbourg.

Avant lui, François Hollande avait également eu droit à son "enfarinage". En février 2012, lors d’une réunion sur le logement à Paris, le futur vainqueur de l’élection présidentielle est enfariné par une femme.

Quand ce n’est pas de la farine, c’est aux tartes à la crème que les politiques doivent faire face.  On peut par exemple citer le cas du maire PS de Lyon, Gérard Collomb, victime en septembre 2010 du collectif Al-Qaïtarte.

En mars 2007, soit quelques semaines avant d’accéder à l’Elysée, Nicolas Sarkozy est lui aussi la cible d’une "attentat pâtissier".

En juin 2006, Ségolène Royal reçoit une tarte aux fraises nappée de chantilly devant la gare de La Rochelle. La socialiste deposera d'ailleurs plainte contre le militant anarchiste, qui écopera d'une amende de 150 euros avec sursis.

En avril 2002, François Bayrou a lui aussi goûté de très près à la chantilly lors d’un déplacement à Rennes.

Un mois plus tôt en mars, un autre candidat à la présidentielle, Jean-Pierre Chevènement avait également été entarté, lors d’une visite au Salon du livre.

Le siècle dernier, en 1997, le socialiste Jacques Delors avait également été la cible d’un collectif anti-Maastricht lors d’un meeting à Grenoble.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La candidature de Manuel Valls

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques