Vols privés de Sarkozy : "Columbia", le fonds d'investissement qui ressurgit

Vols privés de Sarkozy : "Columbia", le fonds d'investissement qui ressurgit

AFFAIRES – «Libération» "révèle les coulisses" ce mardi de "l'affaire Columbia", un "fonds d'investissement monté avec de riches amis et financé par le Qatar". Un projet déjà révélé mais remis au goût du jour à la faveur de l’enquête "air cocaïne", dont l'avocat général de la cour d'appel d'Aix-en-Provence a requis lundi la validation.

Avant le retour de l’homme politique, le passé de l’homme d’affaires ressurgit. L'avocat général de la cour d'appel d'Aix-en-Provence a requis lundi la validation de l'enquête "air cocaïne", y compris les investigations menées sur trois vols en jet de Nicolas Sarkozy fin 2012-début 2013. Des trajets payés par son ami Stéphane Courbit et destinés, selon Libération ce mardi , à démarcher des clients pour lancer Columbia, un fonds d’investissement – déjà révélé par Médiapart en janvier 2013 – qui sera finalement avorté.

Le projet remonte à l’automne 2012. "L’idée est venue d’Alain Minc et de Stéphane Courbit, deux proches de l’ex-président", raconte le quotidien. Les deux hommes "se disent qu’avec sa force de conviction et son carnet d’adresses, Sarkozy ferait un homme d’affaires idéal". L’idée est simple : élaborer un fonds qui investirait dans des sociétés européennes, et capable de gérer entre 500 millions et 1 milliard d'euros. Séduit, Nicolas Sarkozy, qui débute alors ses conférences aux quatre coins du monde, aurait "dans le plus grand secret", profité "de ces événements pour faire de la retape", selon le quotidien.

Délibéré fixé au 20 octobre

Parmi eux, le Forum mondial du sport à Doha, le 11 décembre 2012, une conférence à Greenwich (New York) le 30 janvier 2013 et en février 2013 à Abu Dhabi pour le Global Financial Markets Forum. Des rendez-vous internationaux qui reviennent dans l’actualité ces jours-ci, puisque Nicolas Sarkozy aurait emprunté, pour s'y rendre, des jets privés appartenant à la flotte de SNTHS, une compagnie au cœur de l’affaire "air cocaïne".

C'est en perquisitionnant le siège de la société SNTHS que les enquêteurs ont saisi des factures réglées par Lov Group, société de l'homme d'affaires Stéphane Courbit. Selon son avocat, Me Christophe Ingrain, la prise en charge de ces vols par Lov Group était parfaitement justifiée. "Ils ont été réalisés dans le cadre de la constitution d’un fonds d’investissement, Columbia, qui était un projet auquel participaient notamment MM. Courbit et Sarkozy." Le projet sera finalement avorté début 2013 selon Libération, après la mise en examen de Stéphane Courbit dans l’affaire Bettencourt.

A ce stade, "il ne s'agit pas d'une enquête sur un abus de biens sociaux ou sur du recel d'abus de biens sociaux" qui pourrait viser Stéphane Courbit ou Nicolas Sarkozy, "mais d'une étude comparative de l'ensemble des vols affrétés pour vérifier les vols dont le règlement financier a pu être atypique", selon une source proche du dossier contactée lundi par l’AFP. Le délibéré concernant la requête de l’avocat général a été fixé au 20 octobre. Un calendrier judiciaire classique, mais une éternité sur l’échiquier politique : Nicolas Sarkozy devrait annoncer son retour ces prochains jours.

Lire aussi >> Nicolas Sarkozy, retour en classe affaires

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques