Ils ont voté pour rien : les électeurs de gauche n'ont pas sauvé Alain Juppé

Ils ont voté pour rien : les électeurs de gauche n'ont pas sauvé Alain Juppé

DirectLCI
MAUVAISE STRATÉGIE - Pour le second tour de la primaire de la droite, des électeurs de gauche avaient décidé de se mobiliser pour voter Alain Juppé et faire barrage à François Fillon. Mais les résultats tendent à indiquer que leur vote n’a rien changé au rapport de force annoncé entre les deux hommes.

Sur internet et dans la presse, plusieurs électeurs de gauche avaient appelé à la mobilisation pour faire barrage à François Fillon et à son programme trop libéral et trop conservateur. Secrètement, Alain Juppé et ses équipes espéraient un vote massif de ces sympathisants de gauche et une forte hausse de la participation pour avoir une chance de l’emporter. Mais si la participation a été plus importante qu’au premier tour, cela n’a pas empêché François Fillon de battre Alain Juppé avec plus de 65% des voix. 

Juppé n'a pas réussi à mobiliser les électeurs de son propre parti

Selon un sondage Harris Interactive réalisé ce dimanche pour LCP et Public Sénat, les électeurs de gauche se sont davantage mobilisés qu’au premier tour (17% contre 14%), mais les électeurs républicains et frontistes également (44% contre 42%, et 12% contre 9%). Les centristes, autre cœur de cible d’Alain Juppé, se sont, eux, moins mobilisés qu’au premier tour (12% contre 14%). Le problème pour Alain Juppé est que les électeurs de gauche ont davantage voté pour lui que les électeurs de son propre parti (29% contre 28%). Or, une élection de la droite et du centre se gagne d'abord en recueillant le maximum de voix d'électeurs de la droite et du centre. Quant aux électeurs centristes, ils ont moins voté pour lui qu’au premier tour (19% contre 25%).


Tout au long de la journée, les équipes de François Fillon avaient dénoncé une éventuelle mobilisation des électeurs de gauche pour faire tomber leur candidat. "Comment peut-on se dire 'de gauche' et signer une charte des valeurs de droite ? Où est passée l'honnêteté intellectuelle ?" avait tweeté la porte-parole de François Fillon Valérie Boyer.

Ce soir, la gauche a vivement réagi à l’investiture de François Fillon comme candidat des Républicains à l’élection présidentielle. Presque unanimement elle a regretté la défaite de Juppé. Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, regrette que "l'ultra droite" ait liquidé "le dernier chiraco-gaulliste".

En vidéo

JT WE - Nord : les électeurs de gauche se sont-ils mobilisés ?

Plus d'articles

Sur le même sujet