Hervé Morin sème la zizanie au centre en voulant créer un pôle pro-Fillon

DANSE DU CENTRE - Le président du Nouveau Centre, Hervé Morin, a annoncé qu'il souhaitait créer un "pôle centriste fiable, loyal et solide" allié à François Fillon. De quoi semer la pagaille à l'UDI, où certains l'accusent d'"aller à la soupe".

Grandes manœuvres au centre. Hervé Morin, président du Nouveau Centre, la principale composante de l'UDI, a annoncé mardi son souhait de se rapprocher de François Fillon. A l'issue d'un comité exécutif de son parti, la décision a été prise de réunir un congrès le 11 décembre prochain "avec la volonté de bâtir un pôle centriste fiable, loyal et solide sur lequel on pourra avoir confiance sur la durée de la législature", a-t-il annoncé. 


La président de la région Normandie a ensuite rencontré le vainqueur de la primaire de la droite ce mercredi matin. Il a dans la foulée expliqué sur LCI qu'ils avaient tous les deux convenu qu'ils étaient "disponibles pour construire une aile centriste, un pilier centriste, un pôle centriste avec une idée simple : il faut que ce pôle soit centriste, ( ), fiable et loyal sur le long terme". "Je crois qu’on a besoin d’une majorité qui soit la plus large possible mais aussi très solide pour accompagner un gouvernement qui va avoir une œuvre de transformation considérable", a poursuivi Hervé Morin.

"Un véritable centre-droit aux côtés de François Fillon"

Le porte-parole du Nouveau Centre, Maurice Leroy, partage le même avis qu'Hervé Morin. "On va créer un véritable centre-droit aux côtés de François Fillon pour la future présidentielle", a-t-il affirmé sur LCI.

Si le congrès du Nouveau Centre approuve cette idée, il faudra aussi décider si la construction de ce nouveau parti se fera "dans ou hors de l'UDI". Une hypothèse qui ne réjouit pas le président de cette dernière, Jean-Christophe Lagarde. "Ce ne sont pas cinq députés et six sénateurs qui vont décider de l’avenir des 70 parlementaires de l’UDI, de ses milliers d’adhérents. La démarche est affirmée à grands sons de trompe mais quelle est sa réalité ? On ne peut pas dire qu’il faut rassembler la droite et le centre et vouloir diviser le centre. Il y a une incohérence là-dedans", a-t-il taclé sur LCI. 

Hervé Morin dément toute volonté d'entrer au gouvernement

Selon Jean-Christophe Lagarde, "certains pensent que la chasse aux places est ouverte". Ce à quoi Hervé Morin, qui avait d'abord soutenu Bruno Le Maire lors de la primaire, a répondu n'être "candidat à rien : ni aux législatives ni à l’entrée au gouvernement. Je suis président de région et j’entends rester président de région."

Laurent Hénart, président du Parti radical valoisien, une des composantes de l'UDI, a de son côté regretté "la posture" d'Hervé Morin. Selon lui, l'ancien ministre de la Défense dessert "l'image du centre" en donnant l'impression d'être le "premier à aller à la soupe". "Diviser sa famille politique, ce n'est pas le meilleur moyen d'aller au rassemblement", a-t-il ajouté.

Jean-Christophe Lagarde (UDI) : "ce n'est pas 5 députés et 6 senateurs qui vont décider décider de l'avenir" de l'UDI

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques