Sarkozy, NKM, Juppé, Fillon, Copé, Le Maire, Poisson : qui a la meilleure stratégie numérique ?

Elections présidentielles

Voir
DÉCRYPTAGE - Alors que la campagne pour la primaire de la droite bat son plein, intéressons-nous à la stratégie numérique des sept candidats.

Depuis une dizaine d’années, les politiques ont dû s’adapter aux avancées technologiques et particulièrement à l’émergence des réseaux sociaux. Ces changements les ont poussés à changer leur communication afin d’être au plus près des internautes. Il s’agit donc d’analyser les stratégies numériques des sept candidats à la primaire de la droite et du centre.

Nicolas Sarkozy, le leader des réseaux sociaux

L’ancien chef de l’Etat est omniprésent sur les réseaux sociaux par rapport à ces adversaires. Par exemple, il comptabilise plus d’un million de fans sur sa page Facebook et plus d’un million et demi de followers sur Twitter. Il faut le reconnaître, Nicolas Sarkozy est un peu hors catégorie. Il profite de son statut d’ancien chef de l’Etat et du fait que sa stratégie de communication sur les réseaux sociaux est rôdée depuis plusieurs années. L’ancien président s’inspire de Barack Obama qui a très fortement influencé l’utilisation des réseaux sociaux par les politiques à travers le monde.

Le point fort de Nicolas Sarkozy, c’est la vidéo. Son équipe de campagne publie fréquemment de courts entretiens où l’ancien chef de l’Etat s’adresse directement aux internautes. Et ça marche ! Seul à reproduire ce genre de format, le chef de l’Etat peut se targuer d'atteindre des milliers de vues sur les réseaux sociaux.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la vidéo comme moyen de capter les internautes

La seule candidate de cette primaire est loin d’être ridicule sur les réseaux sociaux. Elle a plus de 600.000 followers sur Twitter, soit le meilleur score après Nicolas Sarkozy. Même si elle n’a pas les plus hauts chiffres, elle est la championne de l’utilisation des vidéos.


Son équipe de campagne publie des formats courts et thématiques qui mettent en scène la candidate au côté des électeurs. Elle cherche à faire passer des messages mais aussi à montrer sa personnalité. Dans une de ses vidéos, on la voit aider des personnes âgées à sortir leurs valises d’un TGV. Ce genre de vidéos thématique fonctionne bien pour la candidate.


Parfois, elle commet des erreurs un peu grossières. Par exemple, elle a décidé d’annoncer sa qualification à la primaire dans une vidéo pas forcément très bien produite. La mise en scène donne l’impression que la candidate est aux toilettes… Cette vidéo a beaucoup fait rire les internautes et a même inspiré des parodies. Quoiqu’il en soit, malgré quelques erreurs, Nathalie Kosciusko-Morizet donne de sa personne et les internautes apprécient.

Alain Juppé, un candidat qui tente de rattraper son retard

Pour rattraper son retard sur les réseaux sociaux, Alain Juppé a décidé de s’entourer des meilleurs. Une méthode qui semble fonctionner car il récolte des scores honorables sur les réseaux sociaux avec 150.000 abonnés sur Facebook et 400.000 followers sur Twitter. 


Malgré cela, il reste sceptique. Il a déclaré lors d’une interview au Journal du Dimanche "les réseaux sociaux sont la poubelle de l’univers". Une remarque qui a fortement déplu sur les réseaux sociaux.


Pour combler son retard, il a embauché une jeune Franco-Américaine de 25 ans qui connait parfaitement les codes. Elle a, par exemple, fait détourner le site de François Hollande, "Notre idée de la France", pour le transformer en "Votre idée de la France". Un site qui a pour but de démonter le bilan de François Hollande point par point. Il "tease" aussi ses meetings dans de courtes vidéos pour attirer les jeunes, une méthode plutôt efficace.

François Fillon, une stratégie en voie d’amélioration

Comme Alain Juppé, François Fillon n’est pas un fan absolu des réseaux sociaux. Pourtant, depuis le début de la campagne, il a fourni de gros efforts dans ce domaine. Du côté des chiffres, c’est encouragent pour l’ancien Premier ministre. Il a 148.000 fans sur Facebook et 311.000 followers sur Twitter.


Dans le domaine de la vidéo, il a essayé de s’y faire, même si comme Alain Juppé, il n’est pas un adorateur de la mise en scène. La semaine dernière, il a accordé à Yahoo un Facebook live de plus de 40 minutes. Même si on voit qu’il n’est pas très à l’aise au départ, le candidat se prête rapidement au jeu et répond directement aux questions des internautes.


Son équipe de campagne a aussi bien travaillé pour rendre ses clips de campagne pour le web plus musclés et avec une meilleure production. 

Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson, les bonnets d’âne

Pour Jean-François Copé, la situation est compliquée. Le maire de Meaux peine à passer la barre des 5% des intentions de vote. Sa stratégie de communication sur le web ne va guère mieux. Il compte peu de followers sur Facebook et Twitter. Lui aussi se prête au jeu des Facebook live mais le manque d’argent fait qu’il ne peut être très présent sur les réseaux sociaux et s’entourer d’une bonne équipe de communicants.


Jean-Frédéric Poisson souffre lui simplement d’un problème de notoriété. Il est très peu suivi sur les réseaux sociaux avec seulement 12.400 abonnés sur Twitter et 3000 fans sur Facebook…

Bruno Le Maire, l’innovateur

Bruno Le Maire est le premier candidat à cette primaire à se faire interviewer par un youtubeur de 19 ans. Un bon moyen pour lui de se rapprocher des jeunes ! Toute sa stratégie numérique est bien ficelée. Très actif sur les réseaux sociaux, un site internet moderne, le hashtag BLM sur Twitter, Bruno Le Maire a tout compris.

Son équipe de campagne ont aussi publié un portrait du candidat. Il a plu sur les réseaux sociaux car il mêle à la fois des séquences sérieuses mais aussi un peu décalées sur Bruno Le Maire. On y apprend par exemple qu’il est fan de hard rock, une anecdote plutôt drôle à connaître sur ce candidat.


Sa volonté d’être à la pointe sur le web remonte à sa candidature à la présidence de l’UMP en 2014 où il avait 30% des voix. Depuis, son équipe essaye tous les nouveaux formats comme Periscope ou encore le streaming en direct de ses meetings. En tout cas, sur internet, Bruno Le Maire est le premier de la classe.

En vidéo

La stratégie digitale des candidats à la primaire de la droite et du centre

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques