Second tour de la primaire : vers une participation de 4,5 millions d'électeurs, avantage pour Juppé ou Fillon ?

Fillon candidat de la droite pour 2017

Voir
MOBILISATION - Thierry Solère, organisateur de la primaire de la droite et du centre, a annoncé une hausse de la participation à 17 heures de 4,5% au second tour de la primaire de la droite et du centre par rapport à la mobilisation à la même heure au premier tour. Cette mobilisation profitera-t-elle à Alain Juppé ou François Fillon ?

Démobilisés les électeurs de droite ? Au contraire. Dimanche à 17 heures, sur 78% des bureaux de vote, 2.926.425 millions de personnes étaient allées voter pour le second tour de la primaire de la droite et du centre, a annoncé le député LR Thierry Solère. Il a indiqué que la participation était en hausse de 4,5% par rapport au premier tour, où à la même heure 2.806.703 millions de personnes s'étaient rendues dans les bureaux de vote. 


A la mi-journée, sur 67% des bureaux de vote, 1.270.954 million de personnes s'étaient rendues aux urnes à l'occasion du second tour de la primaire de la droite et du centre, a annoncé le député LR Thierry Solère sur BFMTV. Selon l'organisateur du scrutin, cela représentait une hausse très nette de "10 à 15%" de la participation à la mi-journée et sur la même proportion de bureaux de vote. Plus exactement, la hausse serait proche de 12%. 

Qui en profitera le plus ?

Alain Juppé comme François Fillon savent que la mobilisation des électeurs durant ce second tour est cruciale. Pour le maire de Bordeaux, il s'agit d'attirer vers son nom les électeurs de droite, du centre et même de la gauche qui ne se reconnaîtraient pas dans le programme conservateur et libéral de son adversaire. Pour François Fillon, il s'agit de confirmer l'écart de 16 points qu'il était parvenu à créer au premier tour face à son challenger, soit près de 650.000 voix d'avance. Rien ne permet pour l'heure d'identifier le profil de ces électeurs qui n'étaient pas venus voter dimanche dernier. 


Interrogé par LCI, Thierry Solère se montrait toutefois prudent sur les interprétation, dimanche en début d'après-midi. "Il n'y a pas de capacité à tirer un raisonnement interprétatif", a-t-il estimé, se contentant d'assurer que "tout se passe bien". Le responsable de l'organisation du scrutin est, pour l'heure, focalisé sur la réussite de ce rendez-vous électoral. "Tout est mis en oeuvre pour accueillir de la meilleure manière possible les Français qui se déplacent." Pour le verdict, on verra plus tard. 

En vidéo

François Fillon : "être modéré c'est baisser les bras"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques