Montebourg, Valls, Hamon,Peillon... : que proposent pour la culture les sept candidats à la primaire de la gauche ?

Montebourg, Valls, Hamon,Peillon... : que proposent pour la culture les sept candidats à la primaire de la gauche ?

2017 : la bataille de la gauche

Voir
PROGRAMMES - Lundi, Vincent Peillon et Arnaud Montebourg ont présenté leurs programmes culturels. Augmentation du budget consacré à la culture, défense du patrimoine et de la langue française, soutien aux artistes... Que proposent les sept candidats à la primaire de la gauche dans ce domaine ? LCI fait le point.

Il s’agit d’une thématique qui n’avait pas ou peu été abordée par les candidats à la primaire de la droite. Mais lundi, Vincent Peillon et Arnaud Montebourg ont tous les deux dévoilé leurs propositions en matière de culture. Il s'agit d'un sujet important pour l'électorat de gauche. A quelques jours du premier tour de la primaire, les candidats ont donc tout intérêt à communiquer sur leurs propositions en la matière. 

Arnaud Montebourg

L'ancien ministre de l'Economie, compagnon de l'ex-ministre de la Culture Aurélie Filippetti, a publié lundi son manifeste culturel. Il place ses propositions plus globalement dans son projet France car selon lui la culture permet de lutter "contre une mondialisation destructrice de diversités", de préserver des productions locales, de renforcer "le sentiment d'appartenance à la communauté nationale". Il propose notamment d'augmenter de 500 millions d'euros par an le budget de la culture (+20%) pour "lutter contre les déserts culturels". Il souhaite aussi la création d'une agence nationale de l'Education artistique et culturelle pour faire le lien entre les forces éducatives et culturelles et avec les collectivités locales pour stimuler les projets dans la vie pédagogique, scolaire et extra-scolaire. Arnaud Montebourg veut également de soutenir les artistes contre toute forme de censure,  obliger les collèges et les lycées à organiser des voyages scolaires en France et en Europe ou encore initier la négociation d'un traité européen sur la culture.

Vincent Peillon

L'ancien ministre de l'Education nationale, par ailleurs professeur de philosophie, a lui aussi dévoilé ses propositions pour la culture lundi. Il estime que celle-ci doit "participer au redressement de la France". "Chaque enfant, de chaque quartier, quel que soit son milieu, doit avoir accès au meilleur de la culture." 


Dans cette optique, Vincent Peillon souhaite renforcer l’éducation artistique et culturelle en agissant sur la complémentarité entre temps scolaire et périscolaire. Il veut également renforcer le parcours d'éducation artistique et culturelle des enfants, élargir aux artistes indépendants la politique de soutien à l'emploi culturel, lancer l'acte II de la décentralisation culturelle en clarifiant les interventions de l'Etat et des collectivités locales, protéger le patrimoine avec des moyens budgétaires accrus, promouvoir la culture et la langue française. Enfin, il propose d'utiliser 1% du budget alloué aux travaux publics pour financer les manifestations dans l'espace public, afin de rendre la culture accessible à tous. 

Benoît Hamon

Le candidat fait deux propositions pour la culture dans son programme disponible sur son site internet. Tout d'abord, il préconise la création de "fabriques de culture", lieux artistiques pluridisciplinaires, avec une gestion partagée et participative, sur tout le territoire. Ensuite, il explique qu'il fera adopter une loi anti-trust dans les médias qui garantira le pluralisme et l’indépendance des médias et la qualité de l’information. Elle prévoira qu’aucun groupe ne pourra détenir plus de 40% des parts d’un média de presse écrite, radio, TV ou en ligne. Un même groupe ne pourra pas non plus dépasser le seuil de 20% des parts dans plus de deux médias. Tous les médias devront mettre en évidence sur leurs contenus le nom de leurs propriétaires, afin que les Français puissent s’informer en connaissance de cause.

Manuel Valls

Fils d'un artiste peintre et en couple avec une violoniste, Manuel Valls a toujours été proche du monde culturel. Dans son programme, l'ancien Premier ministre explique qu'il veut "renforcer tout ce qui rend notre Nation plus puissante, plus solide, plus solidaire". Il propose de défendre notre patrimoine et de redonner des moyens à nos politiques patrimoniales, notamment pour les villes moyennes qui n’ont plus les moyens de valoriser ce qui a fait leur histoire. Il souhaite aussi relancer une politique de grands travaux culturels, notamment dans les régions. Enfin, il propose de mener une politique ambitieuse pour la maîtrise de la langue française. Manuel Valls pense également que l'éducation des enfants passe par la culture. Il veut ainsi poursuivre le développement de l’éducation artistique et culturelle sur tout le territoire français.

Sylvia Pinel

"Pour les radicaux, la culture est une condition nécessaire de l’épanouissement des individus et de leur capacité à vivre ensemble dans l’échange et le partage" explique la candidate du Parti radical de gauche (PRG) dans son programme. Elle souhaite atteindre progressivement les 2% de budget dédié à la culture (contre 1,2% actuellement). Elle explique également vouloir favoriser l'émergence de lieux de culture et d’incubateurs culturels ; développer les œuvres partagées ; diversifier les sources de financement des événements culturels, musicaux et artistiques ; ouvrir les bibliothèques et médiathèques publiques le dimanche.

Jean-Luc Bennahmias

Pour le candidat représentant le Front démocrate, il faut maintenir des quotas de chansons françaises ou francophones à la radio ; des quotas de films ou téléfilms français ou francophones à la télé. Jean-Luc Bennahmias souhaite également une fiscalité avantageuse pour la création artistique, garantir le statut des intermittents du spectacle, encourager les initiatives de forme "chèques culture" ou "chèque littérature" et favoriser la connaissance des différents types d’art dans les établissements scolaires.

François de Rugy

Dans son programme, le candidat écologiste explique qu'il est pour une culture plus proche des citoyens, notamment via la mise en œuvre d’une vaste décentralisation culturelle. En région, les établissements culturels placés sous la tutelle de l’Etat pourront, sur la base du volontariat et dans le cadre de stratégies territoriales de revitalisation culturelle, voir leur gestion transférée aux collectivités locales. Il souhaite aussi la ratification de la charte des langues régionales pour la reconnaissance de toutes les cultures qui font la France. 

En vidéo

JT 20H - Primaire de la gauche : De Rugy, Bennahmias, Pinel... qui sont-ils ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques