Revenu universel : que propose exactement Benoît Hamon et pourquoi tant de haine ?

Revenu universel : que propose exactement Benoît Hamon et pourquoi tant de haine ?

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Voir
RÉSUMÉ - L'idée s'était imposée comme le thème central de la campagne de la primaire du Parti socialiste. Le revenu universel d'existence suscite engouement et dénigrement, mais ne laisse personne indifférent. Voilà ce que vous devez savoir sur la proposition du candidat socialiste à la présidentielle, dont il précise les contours jeudi.

Le revenu universel avait été LA proposition du vainqueur de la primaire du PS. C'est celle qui lui a permis de remporter un net succès sur Manuel Valls lors du scrutin, après lui avoir valu d'être au centre des critiques durant les débats. Après des semaines de campagne, Benoît Hamon en a toujours

De quoi parle-t-on ?

Le revenu universel, idée théorisée... au XVIe siècle, par Thomas More, répond à une définition simple : une somme d'argent fixe, versée par l'Etat à chacun, quels que soient les revenus ou la situation face à l'emploi du bénéficiaire, sans aucune contrepartie et possiblement complété par d'autres sources de revenus. C'est dans les détails que ça se complique : montant, âge d'éligibilité... Pour ce qui concerne Benoît Hamon, une première étape  concernerait "les Français pauvres" et tous les salariés gagnant jusqu'à 1,9 SMIC par mois. Le versement automatisé de 600 euros par mois,  soit une augmentation de 10% du RSA, "pour tous les Français pauvres" est conservé et prévoit d'être étendu "à tous les travailleurs, quel que soit leur statut, salarié ou indépendant, dès le 1er janvier 2018", explique-t-il jeudi dans une interview au Monde


Autre étape dans la mise en place du revenu à la sauce Hamon : sa généralisation à tous et son augmentation à 750 euros qui sera décidée dans "une conférence sociale qui préparera ces décisions, en s'appuyant sur les bénéfices constatés lors de la première étape et en fonction de la trajectoire des finances publiques". 

En vidéo

560 euros par mois pendant deux ans : la Finlande teste le revenu universel

La critique du financement

C'est la première critique faite au sujet du dispositif proposé par le député de Trappes. Elle serait "impossible à financer", ferait "déraper les déficits"... ou encore, réveillerait le souvenir douloureux "d'une gauche qui fait des promesses et déçoit le lendemain". De fait, la mesure pourrait coûter entre 305 et 424 milliards d’euros à mettre en place, avait calculé l'Institut Montaigne en janvier. "45 milliards [...] pour un revenu à 600 euros pour les 18-25 ans et les allocataires du RSA", répliquait le candidat le 19 janvier, qui souhaite aussi évoquer "ce que ça rapporte" : "De l'emploi, de la capacité à embaucher, des impôts, de l'argent qui circule".


Benoît Hamon a finalement revu sa copie pour "rassurer ceux qui imaginaient qu'(il) allait ruiner l’État". Il évalue désormais le coût de sa mesure à "autour de 35 milliards d'euros" pour "le premier étage de la fusée". Et de rassurer, à longueur de meetings et d'interviews, sur le fait que le revenu universel ne se limiterait ensuite pas à cette démarche.

La critique "philosophique"

C'est la critique principale du camp de Benoît Hamon : sa proposition ferait du tort à la valeur travail. Manuel Vallsa critiqué durant la primaire une mesure favorisant "le farniente", les proches d'Arnaud Montebourg, une "résignation face au chômage" et Jean-Luc Mélenchon, "une trappe à pauvreté" qui permettrait à un patron peu scrupuleux d'offrir de plus bas salaires. Face aux critiques, Benoît Hamon rétorquait durant les débats qu'il envisage "le travail tel qu'il sera et non tel qu'il fut". Une façon d'anticiper la robotisation de nombreux emplois non qualifiés et, plus généralement, la raréfaction du travail.

En vidéo

Revenu universel : bonne ou mauvaise idée ?

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques