"Swipe les primaires" : après la droite, Tinder s'invite dans la bataille de la gauche pour inciter les jeunes à voter

"Swipe les primaires" : après la droite, Tinder s'invite dans la bataille de la gauche pour inciter les jeunes à voter

POLITIQUE CONNECTÉE - Après celle de la droite et du centre à la fin de l'année dernière, Tinder s’invite désormais dans la primaire de la gauche. Objectif : redonner envie aux jeunes de s'investir dans la vie politique. Mode d'emploi.

Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias s’invitent à partir de ce mercredi 11 janvier sur l'application de rencontres Tinder, à l’occasion du lancement de l’opération "Swipe les Primaires" de la gauche. Le principe ? Aider les utilisateurs à choisir le candidat de la primaire de la gauche le plus proche de leurs idées en vue du scrutin, programmé le 22 janvier pour le 1er tour et le 29 pour le second.


Les adeptes du "swipe" (ce glissement de doigt vers la droite ou la gauche) sont invités à répondre à une série de questions d’actualité, en lien avec les programmes des sept candidats et les enjeux futurs pour les 18-35 ans. Par exemple : "Dépénaliser le cannabis ?", "Sortir du nucléaire ?", "Augmenter le temps de travail ?", "Supprimer l’article 49.3 ?". Pour faire simple : "swipez "à droite si vous êtes d’accord, à gauche si ce n’est pas le cas. 

En fonction de ses réponses, l’utilisateur se voit attribuer un candidat idéal. Toutes les questions ont été élaborées en partenariat avec l’association Voxe.org. Lancé au moment de la présidentielle de 2012, ce site internet a pour vocation de redonner envie aux "millenials" (comprenez les moins de 35 ans) de s'investir dans la vie politique. A la fin du questionnaire, une vidéo indique aussi comment voter, les enjeux du scrutin et un logiciel permet de comparer les programmes des candidats.

Nous souhaitons redonner à nos utilisateurs l'envie de s'intéresser à cet enjeu démocratique majeurMatt David, vice-président pour les affaires publique de Tinder.

"Nous avons été fiers de sensibiliser les jeunes aux débats de l'élection présidentielle en France à travers Swipe les Primaires à droite. Aujourd'hui, en réitérant cette opération, nous souhaitons redonner à nos utilisateurs l'envie de s'intéresser à cet enjeu démocratique majeur, et de voter en étant informés", explique Matt David, vice-président pour les affaires publiques du groupe Match.com, la maison-mère de Tinder.

Un million d'utilisateurs ont "swipé" à la primaire de la droite

Lors de la première édition, à l’occasion de la primaire de la droite et du centre, environ un million d’utilisateurs de Tinder s’étaient prêtés au jeu. Ce sont les propositions de Nathalie Kosciusko-Morizet qui avaient rencontré le plus de succès (40% de "matchs"), devant Alain Juppé (21%) et Nicolas Sarkozy (19%). François Fillon, le candidat victorieux, n’était arrivé qu’en quatrième position (12%) chez les utilisateurs de Tinder.


Tinder assure ne pas espérer de retombées commerciales de l'opération. Dans les faits, l’application aux 45 millions de "swipes" par jour en France devrait néanmoins bénéficier d'une hausse de sa fréquentation, ou du moins de l'activité de ses utilisateurs. Tinder avait également lancé l'opération "Swipe the vote" pour l'élection américaine. 150.000 personnes y  avaient participé dans 15 pays. 

En vidéo

Primaire de la gauche : quatre débats en 13 jours seulement

En vidéo

Primaire de la gauche : quelle est la stratégie des candidats pour le débat de jeudi ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet