VIDÉO - Revenu universel, défiscalisation des heures supplémentaires, combien coûtent les propositions économiques de Valls, Hamon et Montebourg

2017 : la bataille de la gauche

Voir
COMBIEN ÇA COÛTE ? Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Vincent Peillon, tous veulent vous redonner du pouvoir d’achat. Chacun avance ses propositions économiques. Mais quel en est le coût réel ? L'Institut Montaigne s'est penché sur la question pour LCI et TF1.

Comment redonner du pouvoir d'achat aux Français ? C'est l'engagement pris par Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, quatre des sept candidats à la primaire de la gauche. Après cinq ans d'exercice du pouvoir, le PS se retrouve plus divisé que jamais. 


À en regarder les lignes défendues par chacun, le gouffre est réel. L'Institut Montaigne, souvent classé comme libéral, a estimé pour LCI et TF1, le coût de chacune des propositions phares des candidats sur le sujet. 

Manuel Valls

"Revaloriser le travail, c'est d'abord le rémunérer". Pour lier les actes aux paroles, l'ancien Premier ministre prône ouvertement la défiscalisation des heures supplémentaires. Soit, ni plus, ni moins, la réhabilitation de la mesure de Nicolas Sarkozy supprimée par François Hollande. L'autre mesure voulue par Manuel Valls est l'instauration d'un "revenu décent", qui résulterait de la fusion des minimas sociaux. Chiffré à 800 euros par mois, il sera attribué dès l’âge de 18 ans, sous condition de ressources. 


Coût estimé par l'Institut Montaigne : 16,5 milliards d'euros par an

En vidéo

VIDÉO - Heures supplémentaires : "On a le droit de changer d'avis" lance Manuel Valls

Arnaud Montebourg

Aider "ceux qui travaillent et qui ont des fins de mois difficiles". L'ancien ministre du Redressement productif envisage de diminuer la contribution sociale généralisée des petits salaires (CSG) s'il est élu à la tête du pays. Selon lui, cette mesure permettrait de redonner du pouvoir d'achat aux "classes populaires". Arnaud Montebourg en évalue le coût à 6 milliards d'euros par an, financés par une partie du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE).


Coût estimé par l'Institut Montaigne : 10 milliards d'euros

En vidéo

VIDÉO - Montebourg veut baisser la CSG pour ceux qui gagnent moins

Benoît Hamon

Pour lui, "c'est le moyen d'éradiquer la pauvreté". À l'inverse de Valls et Montebourg, l'ancien ministre de l'Économie mise sur un revenu universel d'existence, qui à terme "concernerait tous les Français et serait versé dès 18 ans". Et ce, quel que soit leur niveau de ressources. De 600 euros dans un premier temps, il atteindrait au final 750 euros. 


Coût estimé par l'Institut Montaigne : 300 milliards d'euros

En vidéo

VIDÉO - Le revenu universel, une proposition qui fait débat chez les candidats à la primaire

Vincent Peillon

"Un bouclier fiscal", voilà l'arme de l'ex-ministre de l'Education pour les plus modestes. Il propose de plafonner le montant de la taxe d'habitation sur la résidence principale à hauteur de 20% du revenu mensuel du foyer fiscal. À condition que les contribuables aient un revenu fiscal de référence par part inférieur à 17 850 euros. Vincent Peillon estime ce gain de 35 à 290 euros. Ne lui reste plus, comme ses concurrents, qu'à financer sa propositon.


Coût estimé par l'Institut Montaigne : non communiqué

En vidéo

VIDÉO - Peillon veut un "bouclier fiscal" pour limiter la taxe d'habitation des plus modestes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques