En Angleterre aussi, le calendrier surchargé pose question

En Angleterre aussi, le calendrier surchargé pose question

RUGBY - Comme en France, l’Angleterre s’interroge sur les raisons d’un échec fracassant dans “sa” Coupe du monde. Et l’entraîneur de Leicester, Richard Cockerill, s’est agacé du calendrier surchargé dans une année post-Coupe du monde. Le motif de son courroux : une tournée de la sélection en Australie, en juin prochain.

L’élimination du XV de la Rose en phase de poules de la Coupe du monde n’est toujours pas digérée de l’autre côté de la Manche. A l’instar de la France qui cherche des solutions après la déculottée subie face aux All Blacks en quart de finale, l’Angleterre s’interroge sur les raisons d’un échec retentissant. Et le manager des Leicester Tigers a mis le doigt là où ça fait mal : le calendrier. En cause notamment, une tournée de la sélection en Australie durant l’été 2016.

Une tournée en question

“Les joueurs jouent trop. Cela n’a aucun sens de faire trois matchs en Australie dans une année post-Coupe du monde. Ce serait bien pour tout le monde qu’il n’y ait pas de tournée”, s’est plaint Richard Cockerill, dont les propos sont retranscrits dans le Telegraph, mercredi. Car entre le début de la préparation pour la Coupe du monde, commencée en juin, et le dernier match de cette tournée, qui se jouera le 25 juin 2016 à Sidney, les internationaux n’auront bénéficié que de très peu de repos.

À LIRE AUSSI >> Et si les conditions météo étaient responsables de l'échec des nations de l'hémisphère nord

“Il y a une place pour les tournées, mais dans une année de Coupe du monde, vous jouez 22 matchs de championnat, plus six de Coupe d’Europe, tout cela sans les playoffs. Donc si vous êtes un joueur international, vous partez ensuite en tournée. Vous revenez, vous n’avez que trois ou quatre semaines de repos et vous retournez dans votre club pour la préparation”, a ajouté l’ancien talonneur notamment passé par Clermont-Ferrand.

Des blessés en nombre

C’est la blessure de Ben Youngs, son demi de mêlée international, sous la liquette nationale, qui a poussé l’entraîneur des Tigers à hausser le ton. “Nous lui avons fait passer un scanner, eux [la sélection] non. Ce n’est pas la première fois que cela se passe avec l’Angleterre. Le joueur veut jouer, le sélectionneur aussi et c’est le club qui doit faire face aux retombées ensuite”, s’est agacé Richard Cockerill. L’Anglais parle en effet en connaissance de cause. Lors de la tournée des Lions britanniques en 2013, quatre de ses joueurs, Tom Croft, Manu Tuilagi, Geoff Parling et Dan Cole étaient revenus blessés, rappelle le Telegraph .

EN SAVOIR + >> Toute l'actualité de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques