5 idées reçues sur le cannabis

5 idées reçues sur le cannabis

DROGUE - En défendant la dépénalisation du cannabis, le pneumologue Bertrand Dautzenberg créé la polémique. Risque sur la santé, addiction, mode de consommation… le spécialiste a répondu à nos questions et certaines réponses sont surprenantes.

"Je souhaite la dépénalisation du cannabis pour que sa consommation diminue." Le vœu que le Pr. Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, a formulé en février dernier sur metronews peut paraître paradoxal pour un professionnel de santé.

Et pourtant, le spécialiste des poumons l’affirme : "Malgré une législation particulièrement répressive, la France est championne d’Europe en matière de consommation de cannabis." Pour lui, la solution la plus efficace serait donc d’autoriser la vente de cette drogue douce pour mieux l’encadrer et surtout limiter les risques d’une mauvaise consommation.

L'idée fait aussi son chemin en politique : le président de Les Républicains n'a finalement  "rien contre" le cannabis . Alors qu'un rapport interministériel préconise le recours à une simple amende pour l’usage du cannabis, le professeur démêle le vrai du faux sur une plante finalement mal connue.

EN SAVOIR + >> Un rapport préconise la contraventionnalisation du cannabis

Le cannabis rend aussi dépendant que la nicotine
FAUX Soyons clair : fumer un joint (mélange de cannabis et de tabac) comme une cigarette est dangereux pour la santé. Le cannabis affecte le système nerveux du consommateur, notamment au niveau de la mémoire et de la concentration. La cigarette, elle, endommage les poumons. Mais selon le Pr Bertrand Dautzenberg : "Le THC (tétrahydrocannabinol), contenu dans le cannabis, rend beaucoup moins dépendant que la nicotine du tabac." Conséquence : "Un usager de cannabis aura plus de facilité à arrêter s'il le fume pur", affirme le Pr. Dautzenberg. De plus, le pneumologue nous alerte sur un effet pervers : "Le tabac contenu dans le joint risque de faire rechuter un ancien fumeur de cigarettes à cause de son addiction à la nicotine."

L’herbe ou la résine : du pareil au même
FAUX Le cannabis peut se consommer sous forme d'herbe, de résine ou d'huile. Plus exceptionnellement, le cannabis peut être ajouté dans une préparation culinaire comme pour les gâteaux "space-cakes". "Le mode de consommation préféré des Français est le joint au haschisch (le shit), c'est-à-dire de mélanger la résine, plus facile à trouver, avec du tabac qui prend la forme d'une cigarette roulée. Or, c'est aussi le plus dangereux pour l'organisme", note notre interlocuteur. Cette résine peut en effet être coupée avec des substances plus ou moins toxiques. Le pneumologue suggère de "privilégier les feuilles de cannabis, qui peuvent être fumées sans tabac" ou de "la vaporiser". 

EN SAVOIR + >> Le cannabis fait perdre du vocabulaire

La vaporisation est moins dangereuse pour la santé
VRAI Absorber le cannabis via un vaporisateur sans fumée permet de préserver ses poumons. "Contrairement aux autres méthodes, le cannabis vaporisé ne dégage pas de particules toxiques comme le goudron et épargne le système respiratoire", assure le spécialiste. Selon lui, ce système a déjà fait ses preuves aux Etats-Unis, dans les Etats qui l'ont légalisé. En revanche, tous les modes de consommation qui entraînent une combustion ou une inhalation de fumée mettent en péril les voies respiratoires. Pour l'instant, il est difficile d'avoir du recul sur la vaporisation, très peu utilisée en France mais qui se développe aux Etats-Unis. "Il n'y a pas d'effet néfaste connu à ce jour", d'après le professeur.

Le cannabis cause des cancers du poumon
VRAI  ET FAUX "Le THC n'a que peu d'effet sur le système respiratoire, rappelle le spécialiste. Le risque existe surtout lorsque le cannabis est consommé sous forme de joint parce qu'il libère de la fumée, riche en particules fines et en substances cancérogènes." La fumée du papier et de la nicotine est ainsi toxique et peut causer des infections respiratoires comme des cancers du poumon, à l'instar des fumeurs de cigarettes. Comme il y a moins de fumeurs de cannabis pur, les effets réels sont plus compliqués à déterminer.

Légaliser pousserait les jeunes à consommer davantage
FAUX  La dernière enquête de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies dévoile en 2015 que 47,8% des jeunes de 17 ans ont déjà consommé du cannabis, contre 41,5% en 2011. "En général, la consommation de cannabis diminue dans les pays qui ont légalisé le cannabis, affirme le Pr Bertrand Dautzenberg. Aux Pays-Bas par exemple, elle est deux fois moins importante qu'en France. " Le pneumologue espère ainsi obtenir le même effet que la loi Evin de 1991, limitant l'interdiction du tabac et de l'alcool. La vente de ces produits avait alors chutée.

Pour prévenir la consommation de cannabis ou se faire aider, vous pouvez faire appel  aux centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie  (CSAPA) ou appeler gratuitement Drogues INFO Service au 0-800-23-13-13, de 8h à 2h.

A LIRE AUSSI
>> 
Un risque de psychose accru chez les hommes qui fument du cannabis
>> 
Fumer du cannabis pourrait augmenter le risque de diabète à l'âge adulte
>> 
Du cannabis pour soigner les fractures osseuses

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques