Changement d'heure 2017 : "Les personnes avec un rythme de sommeil très régulier peuvent être déboussolées"

TROIS QUESTIONS A... - La France passera à l'heure d'été dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 mars 2017. A cette occasion, LCI republie une interview du Dr Sylvie Royant-Parola, présidente du Réseau Morphée sur la prise en charge des troubles chroniques du sommeil.

Le dimanche 26 mars prochain, à 2h, il sera 3h : la France passera en effet cette nuit-là à l'heure d'été. Avec ses effets positifs sur la consommation d'énergie, mais aussi ses effets éventuellement néfastes sur le sommeil, puisqu'on dormira une heure de moins. 

Pour aboder cette question sensible, LCI republie une interview donnée à metronews par le Dr Sylvie Royant-Parola, présidente du Réseau Morphée sur la prise en charge des troubles chroniques du sommeil.

Les changements d'heure, été ou hiver, ont-ils un impact sur la qualité du sommeil ? 
Le passage à l'heure d'hiver est beaucoup mieux vécu que celui de l'heure d'été. Premièrement parque qu'il donne l'occasion de dormir une heure supplémentaire, et deuxièmement car il se déroule pendant une période de vacances scolaires. Néanmoins, s'il donne l'occasion de se lever plus tard, il amène logiquement à se coucher plus tard si l'on veut respecter son rythme. De ce fait, ce sont les couche-tôt et lève-tôt, dont l'organisme est naturellement réglé, qui sont le plus impactés. 


Quand on passe à l'heure d'été, les personnes sensibles à la lumière naturelle, et plus spécialement les enfants, peuvent avoir davantage de mal à s'endormir.

Justement, pourquoi certaines personnes se sentent plus déboussolées que d'autres ?
Les personnes avec un rythme de sommeil très régulier comme les enfants et les séniors peuvent rapidement l'être, car elles ne sont plus adéquation avec leur horloge interne. Il en va de même pour les personnes ayant déjà des troubles du sommeil, qui font souvent part d'une aggravation de leur état. En agissant sur la structure du sommeil, le changement d'heure impacte également sur la qualité de l'éveil : même ceux qui ne sont pas particulièrement sensibles peuvent être somnolents le matin. Mais on se réadapte facilement après une petite semaine.

Quels peuvent être les autres conséquences ?
Un corollaire a été établi avec l'appétit. On peut par exemple avoir faim plus tôt, et donc être amené à se lever plus tôt. L'heure gagnée est donc hypothétique, tout le monde n'en profite pas forcément. De nombreuses études ont également une plus grande irritabilité pendant la journée. Mais il est possible de s'y préparer en amont en adaptant son rythme de sommeil. Pour l'heure d'hiver, on peut par exemple se coucher un quart d'heure plus tard les jours précédents pour un endormissement un peu plus tardif.

En vidéo

Le changement d'heure, une idée qui remonte à ... 1784 !

Plus d'articles

Les tags

    Sur le même sujet

    En ce moment

    Rubriques