Encens et bougies parfumées nocifs : nos conseils pour parfumer naturellement votre intérieur

Encens et bougies parfumées nocifs : nos conseils pour parfumer naturellement votre intérieur

AMBIANCE - Une étude de l'agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) publiée jeudi met en garde contre la nocivité des encens et bougies parfumées. Ces produits dégagent de nombreux polluants qui peuvent engendrer des soucis de santé plus ou moins graves. Pour parfumer votre maison sans prendre de risques, LCI vous donne quelques astuces.

En mars dernier, ils avaient été épinglés par 60 millions de consommateurs. Ce jeudi, les bougies parfumées et les encens sont à nouveau pointés du doigt dans un rapport de l’Ademe. L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie a étudié neuf bougies parfumées et neuf encens vendus sur le marché français. 


Après plusieurs mises en situation, elle a conclu à la nocivité de ceux-ci dans "certains usages". "Ces produits parfumant peuvent conduire à des dépassements de valeurs sanitaires pour certains polluants […] préjudiciables aux personnes présentes", dont un risque d’irritation des voies respiratoires, explique le rapport. Des effets sanitaires à long terme pour les plus gros utilisateurs, tels que l’augmentation du risque de certains cancers, sont même cités par l’agence.

Hydrocarbures et particules fines

Selon les recherches de l’Ademe, la consumation de l’encens produit des concentrations élevées en benzène, toluène, éthylbenzène, styrène, formaldéhyde, acétaldéhyde et acroléine, ainsi que des hydrocarbures alipathiques polycycliques (HAP) et des particules. Les bougies, elles, ne produiraient que du formaldéhyde, de l'acétaldéhyde et du toluène en quantité, mais émettent des "particules plus fines" que l’encens. Celles-ci pénètrent donc plus profondément dans le système cardio-vasculaire et respiratoire. Pour limiter les effets sanitaires, l’Ademe conseille de limiter la fréquence d’utilisation de ces produits, d’éviter d’en faire brûler plusieurs simultanément, et de bien aérer la pièce après utilisation "pendant au moins dix minutes". A partir du 1er janvier 2019, les produits parfumés et désodorisant comporteront sur leurs étiquettes un affichage spécifique informant l’utilisateur des précautions à prendre lors de son utilisation. 

Quelques astuces pour parfumer sa maison sainement

Mais alors comment avoir une maison qui sent bon, le tout sans prendre de risques ? Cela paraît évident, mais une aération quotidienne est indispensable pour assainir l’air et désodoriser naturellement la maison. Rien de tel qu’une fenêtre ouverte pour évacuer une odeur de poisson ou de friture. Certaines plantes très odorantes, comme l’eucalyptus, permettent également de parfumer la maison pendant plusieurs jours. Il suffit d’en placer quelques tiges dans un vase. Autre astuce très prisée des grand-mères, la pomme d’ambre. Pour la réaliser, il suffit de piquer une orange de clous de girofles. Un citron fait aussi l'affaire. Suspendus ou placés dans des coupelles, les agrumes sont décoratifs, parfumant et permettent aussi de protéger le linge des mites. Malgré leur image quelque peu désuettes, les pots-pourris, composés de pétales de fleurs, de brins de lavande ou encore d'épices parfument agréablement une pièce.

Plus d'articles

Sur le même sujet