Grippe : à partir de quand faut-il se rendre aux urgences ?

L’épidémie de grippe saisonnière

Voir
CONSEILS – Virus virulent et dont l'arrivée a été précoce, vaccinations peu nombreuses... Les urgences se retrouvent saturées à cause de l'épidémie de grippe. Mais faut-il courir à l’hôpital dès l’apparition des premiers symptômes ? On fait le point avec Dr Wilfried Sammut, médecin urgentiste à Versailles.

La grippe fait couler beaucoup d’encre cette année. Et pour cause, le virus à l’origine des maux des Français, H3N2, est cette fois issu de la souche A, soit la plus dangereuse. Il peut ainsi se modifier de façon radicale et importante, et donc être plus difficile à éradiquer. Comment faut-il réagir en cas de courbatures, maux de tête, douleurs musculaires ou fièvre ? Eléments de réponses avec le Dr Wilfried Sammut, médecin urgentiste à Versailles, alors que depuis quelques jours les services d'urgence des hôpitaux sont en surchauffe face à l'afflux de malades. Et l'attente, dans les couloirs des hôpitaux, très longue...

Qui doit se méfier des complications de la grippe ?

Première chose à savoir : "le virus de la grippe présente surtout un risque pour les personnes fragiles, donc les personnes âgées de plus de 70 ans ", explique Wilfried Sammut. Pourquoi ?  "Leur organisme est affaibli. Il est donc moins en capacité de répondre au virus que celui des plus jeunes".  Ils sont plus sujets aux risques de complications comme les surinfections bactériennes. 


Outre les personnes âgées, les plus vulnérables sont les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes atteintes d’une maladie chroniques (diabète, mucoviscidose, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque...). 

Comment doivent-elles réagir ?

Pour ces personnes, 'le premier recours doit être une visite chez le médecin généraliste qui pourra apprécier la gravité des symptômes et recourir à un service d'urgence', précise le Dr Sammut. Mais si le médecin traitant n’est pas disponible, la case "urgences" doit alors être envisagée.

Et pour les autres ?

Fièvre, courbatures, maux de tête, douleurs musculaires… si ces symptômes laissent peu de place au doute sur le diagnostic de la grippe, il n’est pas nécessaire de courir aux urgences pour autant. "Les sujets les plus jeunes ont une capacité de réponse à la grippe, qui normalement, doit leur permettre de traverser l'épidémie de grippe sans trop de difficultés en dehors de l'absentéisme scolaire ou au travail que cela peut représenter", affirme Wilfried Sammut. En effet, comme la grippe est d’origine virale, aucun traitement miracle ne peut en venir à bout. Dès lors, il faudra miser sur une bonne hydratation, du paracétamol et beaucoup de repos. 


Cependant, des signes évocateurs doivent pousser à consulter - mais toujours son médecin traitant en premier lieu -, comme le précise le site de l'Assurance Maladie :

- Une fièvre mal supportée (plus de 40°) ou des symptômes inhabituels pour une grippe (essoufflement au repos ou difficulté pour respirer, toux productive avec expectorations colorées, par exemple).

- Une absence d’amélioration sous 72 heures, voire plus tôt, s’il y a une brusque aggravation. 

Est-il encore temps de se faire vacciner ?

Si vous êtes une personne à risques et que vous n’êtes pas vaccinée, le Dr Sammut ne recommande pas l’injection. Le vaccin met en effet 15 jours à être effectif. De plus, le pic de l’épidémie devrait atteint d’ici la semaine prochaine, prévient le ministère de la Santé. 


Alors, comme il vaut mieux prévenir que guérir, les mesures d’hygiène restent le meilleur rempart contre la grippe. "Le virus se transmet par voie aérienne", rappelle le Dr wilfried Sammut. Cela passe par se laver les mains régulièrement et se protéger la bouche en cas de toux ou d’éternuements ou éventuellement porter un masque. 

En vidéo

Grippe : vos questions, nos réponses sur un virus

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’épidémie de grippe saisonnière

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques