L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France

L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France

DirectLCI
SANTÉ PUBLIQUE – Si les pathologies liées à l'alcool se multiplient dans notre pays, l'une des premières conséquence de ce phénomène est son coût. En effet, outre les traitements liés à l'addiction, l'alcool, toutes pathologies confondues reste l'une des premières causes d'hospitalisation dans notre pays.

L'alcool est responsable de pas moins de 49.000 décès par an en France. Un chiffre qui donne la mesure de l'importance de ce phénomène et de ses répercussions sur les politiques de santé publique à mettre en œuvre. Addiction, complications médicales et psychologiques, l'alcool c'est un grand nombre de pathologies qui représentent 17,6 milliards d'euros annuels de dépenses publiques.

Ainsi, selon une étude parue récemment dans le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire , outre les traitements qui sont souvent lourds, consommer de trop grandes quantités d'alcool conduit bien souvent les patients à l'hôpital, en ambulatoire mais également pour des séjours plus longs.

2,7 millions de journées de psychiatrie

En 2012, plus de 580.000 séjours en médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie avaient trait à la consommation d'alcool, soit une augmentation de 11,3 % par rapport à 2006. L’alcool était le principal motif d’hospitalisation dans 197.000 cas (alcoolisation aiguë et dépendance) tandis que quelque 383.000 séjours étaient motivés par des pathologies graves directement liées à l'alcool.

EN SAVOIR + >> Le binge drinking, un vrai risque pour le cœur

La même année, l’abus d'alcool a été le motif principal de plus de 1,85 million de journées de psychiatrie et de 673.000 actes ambulatoires. Au total, plus de 2,7 millions de journées de psychiatrie étaient provoquées par l'alcool, soit une augmentation de 2,3 % par rapport à 2009.

En 6 ans, il y aurait ainsi eu plus d'un tiers d'hospitalisation liées à une alcoolisation aiguë, plus communément connue sous le nom de "binge drinking", un phénomène inquiétant qui conduit bien souvent les personnes qui s'y adonnent à l'hôpital. Si une seule augmentation des hospitalisations peut s'avérer rassurante c'est peut-être celle qui vise la dépendance elle-même. En effet, cela a tendance à confirmer le fait que les patients tendent à se faire suivre plus facilement que par le passé.

À LIRE AUSSI 
>> Un verre de vin à 14 ans et c'est le binge drinking assuré >> Un gène de prédisposition pour expliquer le binge drinking ?

Plus d'articles