L'étude santé du jour : les hommes auraient plus de mal à se remettre d’une rupture amoureuse que les femmes

L'étude santé du jour : les hommes auraient plus de mal à se remettre d’une rupture amoureuse que les femmes

CHAGRIN D'AMOUR - Les femmes souffriraient plus émotionnellement que les hommes après une rupture amoureuse, mais elles s'en remettraient plus vite qu'eux, d'après une étude.

Les femmes auraient moins de mal à se remettre d’une rupture amoureuse que les hommes, bien qu'elles souffriraient davantage émotionnellement au moment de la séparation. C'est en tout cas la conclusion d'une étude menée par des chercheurs de University College of London et de l'université de l'État de New York à Binghamton, parue dans la revue Journal Evolutionary Behavioral Sciences.

Méthodologie : évaluer la douleur amoureuse de plus de 5000 personnes
Pour arriver à ces résultats, les scientifiques ont demandé à 5705 volontaires âgés de en moyenne de 27 ans dans 96 pays d'évaluer leur douleur émotionnelle et physique sur une échelle de un (aucune douleur) à dix (douleur insupportable). A noter qu'une majorité de femmes sont à l'initiative de la rupture, dont la cause principale serait le manque de communication, précise l'étude.

Ce que l'étude a montré : les hommes, eux, ne s'en remettent jamais totalement
Résultat, la douleur émotionnelle des femmes étaient en moyenne de 6,84 (sur 10) et celles des hommes de 6,58. Pour la douleur physique, elle était de 4,21 en moyenne pour les femmes et de 3,75 pour les hommes. Conclusion : bien qu'elles souffrent davantage sur le moment, les femmes s'en remettent mieux et en sortent plus fortes, tandis que les hommes ne s'en remettent jamais totalement. Pire, ils n'avaient tiré aucune leçon des échecs de leur histoire passée. La raison ? D'après les scientifiques, les femmes seraient davantage investies dans la relation que les hommes.

"Pour faire simple, les femmes sont plus enclines à donner beaucoup dans une relation que les hommes, détaille Craig Morris , l’un des chercheurs ayant travaillé sur cette étude. Une rencontre brève peut mener à neuf mois de grossesse et plusieurs années d’allaitement pour une femme alors que l’homme peut 'quitter la scène' quelques minutes après la rencontre, sans autre engagement. C’est ce risque qui a rendu les femmes plus difficiles quand elles choisissent un partenaire. Et cela explique pourquoi elles sont plus blessées quand elles perdent un partenaire de 'haute qualité'."

Ce que l'étude va changer : la perte de l’autre peut avoir de graves conséquences
D'après l'étude, ce serait notamment ce "risque" (de grossesse) qui conduiraient les femmes à être davantage sélective sur le choix de leur moitié à partir de l'âge de 30 ans : "L’homme va ressentir de plus en plus profondément la perte au fur et à mesure qu’il intègre le fait qu’il doit se relancer dans la compétition pour attirer l’attention des femmes, pour remplacer ce qu’il a perdu. Cela peut être pire s’il comprend que la perte est irréversible."

D'autant que la perte de l’autre peut avoir de graves conséquences, d’après Craig Morris : "Une rupture amoureuse peut conduire certaines personnes à perdre leur emploi, à adopter des comportements autodestructeurs. Des étudiants décident de ne plus assister plus à leurs cours...". Selon les résultats d'une autre étude publiée de janvier 2015, il faut environ trois mois pour se remettre d’une rupture. Les personnes divorcées ont elles plus de mal à sortir de la nostalgie du mariage, avec une moyenne de dix-huit mois de rémission après la séparation. 

EN SAVOIR + >> Voici comment se remettre d'une rupture

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques