L'étude santé du jour : pour arrêter de fumer mieux vaut se sevrer net

L'étude santé du jour : pour arrêter de fumer mieux vaut se sevrer net

TABAC – Nombreux sont ceux qui préfèrent graduellement réduire leur consommation de cigarettes dans l'optique d'un arrêt complet. Mais voilà qu'une nouvelle étude vient conclure qu'un arrêt définitif est plus efficace. Explications.

On ne va pas vous refaire l'affront de rappeler ici que le tabac est mauvais pour la santé. Tous les fumeurs le savent. Et c'est pour cela qu'ils sont nombreux à vouloir dire définitivement adieu à la cigarette.

Mais entre la volonté et le passage à l'acte il y a souvent un monde. Et souvent, les méthodes pour parvenir au but recherché diffèrent. Ainsi, certains ont du mal à décrocher et préfèrent l'idée de réduire leur consommation de manière progressive jusqu'à arrêter définitivement quand d'autres se tournent vers un arrêt brutal. Voilà qu'une nouvelle étude émanant de  l'Université d'Oxford vient plébisciter cette dernière méthode pour arrêter de fumer efficacement et durablement. Explications.

► Méthodologie : 697 personnes prêtes à sauter le pas
Pour développer leurs travaux, les scientifiques ont recruté 697 personnes désireuses d'arrêter de fumer. Chaque participant a choisi un jour pour marquer son arrêt de la cigarette. Un groupe a cessé de fumer le jour J sans rien changer à ses habitudes dans les semaines qui ont précédé cette date, l'autre a baissé graduellement sa consommation de cigarette pour arriver à une consommation nulle le jour du grand saut. Dans les semaines qui ont suivi l'arrêt, tous se sont vus proposer des substituts nicotiniques (patchs, gommes à mâcher etc...) et des conseils personnalisés.

EN SAVOIR + >> Plus vous fumez de cigarettes, plus vous prendrez des kilos

► Ce que l'étude a démontré : le sevrage brutal plus efficace
Un mois après la date de l'arrêt, 49% des personnes qui avait stoppé net leur consommation de tabac ne fumaient toujours pas contre 39% dans le groupe de ceux qui avaient opté pour un sevrage progressif. Les personnes du premier groupe avaient donc 25% de taux de réussite en plus que les autres après un mois d'arrêt de cigarette. Et les chercheurs s'accordent à dire que fixer une date d'arrêt  est un facteur déterminant de la réussite, quelle que soit la méthode adoptée. 

► Ce qu'il faut en conclure : arrêter de fumer n'est pas qu'une question de volonté
Tous ceux qui ont arrêté la cigarette, ainsi que tous ceux qui désirent pouvoir le faire, savent à quel point ce combat est difficile. Ce que cette étude tend à démontrer c'est qu'un sevrage net peut faciliter les choses car la personne se désintoxique plus vite de la nicotine. Toutefois, si on regarde les chiffres, les fumeurs du groupe qui ont arrêté graduellement ont aussi connu un taux de succès honorable dans leur démarche. Le tout est de trouver la méthode la plus efficace et la plus personnalisée (vous trouverez des pistes que metronews a déjà évoquées ici ), surtout si vous êtes un gros fumeur.

N'oubliez pas, si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté vous ne devez pas hésiter à demander de l'aide à un professionnel de santé. Enfin pour les cas vraiment difficiles, sachez que les chercheurs travaillent en ce moment sur un vaccin anti-nicotine qui permettrait de vaincre l'addiction. En effet, cette injection réduirait les effets de la nicotine sur le cerveau et donc briserait le cycle de la dépendance. Testée sur des souris, les conclusions de cette très sérieuse expérience sont disponibles dans la revue médicale Journal of Medicinal Chemistry . Puisqu'on vous dit que vous allez y arriver !

À LIRE AUSSI
>> Mieux vaut ne pas arrêter de fumer pendant les règles >> La méthode qui vous aidera le mieux à arrêter de fumer >> La cigarette nuit gravement à la mémoire

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques