Cosmétiques : quand la chasse aux points noirs devient dangereuse

Cosmétiques : quand la chasse aux points noirs devient dangereuse

ALERTE – Le "masque noir" peel-off (à retirer) a le vent en poupe. Les syndicats de l’industrie cosmétique mettent en garde contre les dangers que représentent certains produits dont l’étiquetage est non conforme.

Vous en avez peut-être vu passer sur les réseaux sociaux, sans forcément y prêter attention, le "Black Mask". C’est LA tendance beauté du moment. Annoncé comme révolutionnaire, ce type de masque anti-points noirs est pourtant à l’origine de nombreux commentaires négatifs, mais surtout de vidéos inquiétantes. De nombreuses jeunes femmes se sont filmées en train de tester ce type de produit. Au moment de retirer le masque, toutes hurlent de douleur.

La Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA) s’est donc penchée sur la question, et son constat est alarmant. "Ces derniers mois, les masques noirs à la fonction anti-points noirs sont devenus un véritable phénomène sur les réseaux sociaux. Mais récemment, de nombreuses réactions – irritations, brûlures et allergies – ont été signalées par les utilisateurs", explique-t-elle dans un communiqué publié ce jeudi sur son site. 

De la colle sur le visage

La FEBEA s’est procurée "sur une plateforme de vente en ligne, les produits les plus populaires" afin d’étudier la composition de ces masques noirs grâce à leur étiquetage. Problème : "Aucun de ces produits reçus n’est conforme à la règlementation européenne", constate la Fédération des Entreprises de la Beauté. Elle note par ailleurs "des incohérences entre la liste des ingrédients et les informations portant sur la durée de vie du produit". Il est d’autant plus difficile de s’en rendre compte puisqu’aucune des indications ne sont en français. "Ces trois produits seraient fabriqués en Chine", indique-t-elle également.

Ceci est d’autant plus inquiétant qu'une nouvelle tendance, dérivée de ce "Black Mask", commence à émerger. Celle du masque noir DIY. Fait maison, ce dernier est composé de charbon (qui n'est pas déconseillé) mais aussi de colle. Si la FEBEA a alerté les autorités sur les conséquences que cela "peut avoir sur la santé des consommateurs", elle rappelle également à ces derniers les éléments devant figurer sur l’étiquetage : la liste des ingrédients, le numéro de lot, le nom et l’adresse de la personne/entreprise responsable, le tout en français. En outre, elle insiste sur le fait qu'il existe une "large gamme de soins cosmétiques purifiants pour le traitement des points noirs sans endommager sa peau". 

Plus d'articles

Sur le même sujet