Substance potentiellement cancérogène dans des biscuits pour bébés Nestlé : c'est quoi l'acrylamide ?

Substance potentiellement cancérogène dans des biscuits pour bébés Nestlé : c'est quoi l'acrylamide ?

DirectLCI
ALIMENTATION – Après avoir mené des analyses, un collectif d’associations révèle la présence d’acrylamide, une substance classée potentiellement cancérogène par l’OMS, dans 25 sortes de biscuits destinés aux enfants en bas âges et vendus en France. On fait le point.

On donne un biscuit à nos bambins pour leur faire plaisir, mais une substance, l’acrylamide, pourrait leur causer beaucoup de tort. A savoir, le développement d’un cancer. C’est en tout cas ce que révèle une analyse indépendante de 25 biscuits pour enfants en bas âge commercialisés en France menée par la fondation Changing Markets, l'ONG environnementale WECF et le rassemblement de consommateurs SumOfUs. Les trois organismes alertent les consommateurs sur les hautes teneurs en acrylamide relevées dans une marque en particulier : Nestlé. 

Quels sont les biscuits concernés ?

L’acrylamide a ainsi été retrouvée en forte concentration dans les "P’tit Biscuit  texture croquante et fondante" de la marque Nestlé. Le taux relevé de 226,1 microgrammes par kilo est bien supérieur aux normes fixées par la réglementation européenne, de 200 microgrammes.


Deux autres produits, également passés au crible, sont très proches du seuil toléré. Il s’agit des biscuits bio "Mes 1ers Biscuits Orange" de Picot, une marque du groupe Lactalis (198,3 microgrammes) et des "biscuits junior aux pépites de chocolat" de la marque Carrefour (192 microgrammes). Toutes les autres gourmandises sont bien en-dessous de la limite avec moins de 135,5 microgrammes. 

Comment se forme l’acrylamide ?

Comme l’explique l’European Food Safety Authority (EFSA), l'acrylamide est une substance chimique qui se forme lors de la cuisson des aliments riches en amidon, lorsqu’ils sont portés à une température supérieure à 120°C. L’absence d’humidité cumulée au mode de cuisson crée alors un cocktail potentiellement toxique. L’Agence française de sécurité des aliments (Anses) précise que "cette molécule est reconnue comme cancérogène avérée pour l’animal et possible pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)". Si le risque n’est pas confirmé, l’exposition par voie alimentaire demeure "une préoccupation en matière de santé publique", souligne l’agence sanitaire. 


A noter : Pains grillés, frites, rôties… les biscuits ne sont pas les seuls concernés. Globalement, tous les aliments qui brunissent lors de la cuisson révèlent la présence d’acrylamide et présentent, donc, un danger pour les consommateurs. 

Que comptent faire les industriels ?

Confrontée aux résultats, l’entreprise Nestlé France s’est dite "surprise" compte tenu des contrôles réalisés en interne. Le groupe agroalimentaire a fait savoir qu’il était totalement "ouvert" à la discussion avec SumOfUs "afin de comprendre comment ils en sont arrivés à ces résultats".


Un projet de réglementation sur l’acrylamide est actuellement en cours au sein de la Commission européenne et devrait être voté en mars prochain. Cependant, les trois organismes à l’origine de cette étude dénoncent des recommandations trop peu contraignantes pour les industriels. 

En vidéo

Des polluants dans les aliments pour enfants

Plus d'articles

Sur le même sujet