Nouvelle formule du Levothyrox : "le cri d'alarme" d'Anny Duperey

Nouvelle formule du Levothyrox : "le cri d'alarme" d'Anny Duperey

SANTÉ - Anny Duperey traite son hypothyroïdie avec du Levothyrox depuis une douzaine d'années. Dans une interview accordée au "Parisien", la comédienne affirme souffrir d'effets secondaires depuis la mise sur le marché de la nouvelle formule du médicament.

"Rendez-nous l'ancienne formule du Levothyrox". Dans une interview accordée au Parisien mardi 5 septembre, la comédienne Anny Duperey se fait la porte-parole des nombreux malades de la thyroïde, exposés selon eux à de lourds effets secondaires depuis le changement de formule du Levothyrox, le médicament de la thyroïde du laboratoire Merck. 


"Il n’est plus question pour moi d’aller au théâtre ou au cinéma : j’en suis physiquement incapable. J’ai même dû abandonner le vélo d’appartement que je pratique normalement tous les jours avec plaisir pour me maintenir en forme", confie-t-elle au Parisien. Pour la comédienne, il n'y a aucun doute, la nouvelle formule du Levothyrox est reponsable de son état de santé. 

En vidéo

Le Levothyrox provoque-t-il de nouveaux effets secondaires ?

"Des malaises très inquiétants"

Anny Duperey assure que ses symptômes sont apparus lorsqu'elle a entamé une boîte de la nouvelle formule. Elle décrit "des malaises très inquiétants, une fatigue intense mais une incapacité à dormir, des vertiges, des crampes aux cuisses" et "des désordres intestinaux". Jamais elle n'avait rencontré de tels troubles  : "Je souffre d’hypothyroïdie et je prends donc un comprimé par jour de 100 ug de Levothyrox depuis environ douze ans. Et je n’avais jamais eu le moindre problème", assure-t-elle au quotidien local. "Rendez-nous l’ancienne formule du Levothyrox !", lâche-t-elle, "furieuse". Et de mettre en garde le gouvernement : "Laissez perdurer cette situation est insensé et dangereux : certaines personnes arrêtent leur traitement".  


Engagée, la comédienne a déjà adressé une lettre ouverte au ministère de la Santé lundi 4 septembre. "Puisque tous nos pays voisins ont refusé cette nouvelle forme catastrophique du Levothyrox, que les Pays-bas l’ont abandonnée après l’avoir testée, va-t-on favoriser une sorte de 'marché noir de l’ancienne formule' à nos frontières, comme pour le tabac ?" y demande-t-elle à la ministre Agnès Buzyn. 

En vidéo

Et si les patients venaient à manquer de Lévothyrox ?

La nouvelle formule du Levothyrox est disponible sur le marché depuis le mois d'avril. À la demande de l'Agence nationale de sécurité du médicament, l'un des exicipents a été remplacé pour rendre le médicament plus stable. Mais les effets secondaires indésirables se seraient multipliés selon des milliers de patients. Une pétition en ligne, pour le retour à l'ancienne formule, a été signée par plus de 192 000 personnes

Plus d'articles

Sur le même sujet