Poids, stérilité, cancer : tout ce qu’il faut savoir sur la pilule

Poids, stérilité, cancer : tout ce qu’il faut savoir sur la pilule

CONTRACEPTION - Cette semaine, une étude a innocenté la pilule, soupçonnée jusque-là d’augmenter le risque de malformations congénitales lors de la grossesse. L’occasion de revenir sur quelques idées reçues sur le moyen de contraception préféré des Françaises.

Selon une étude publiée cette semaine dans une revue médicale britannique, la pilule n’augmente pas les risques de malformation congénitale chez le fœtus. Une bonne nouvelle pour les 55% de Françaises qui la prennent quotidiennement (83% des 20-24 ans), en faisant le moyen de contraception le plus utilisé en France (Baromètre santé 2010 de l'INPES). Légalisée depuis 1967, la pilule est pourtant encore entourée d’un certain nombre d’idées reçues. Metronews vous aide à y voir plus clair.

► La pilule est le moyen de contraception le plus sûr
VRAI... quand elle est bien prise La pilule est un moyen de contraception très efficace, mais les oublis sont la cause principale de grossesses indésirées. "Quand elles doivent arrêter pendant sept jours, certaines femmes reprennent en fait leur pilule au bout de huit ou neuf jours, explique à metronews le Dr Alain Tamborini, gynécologue. C’est à ce moment-là que les risques sont les plus élevés." Pour éviter les défauts de prises, vous pouvez par exemple mettre en place une alerte quotidienne sur votre téléphone. 

► La pilule fait grossir
FAUX Si votre pilule est bien adaptée, sa prise ne doit pas entraîner de prise de poids. Dans la majorité de cas, pas de mauvaise surprise sur la balance. Cependant, si vous ressentez des gonflements, une tension des seins ou encore de la rétention d’eau, n'hésitez pas à en parler avec votre médecin : il faudra peut-être alors changer de pilule.

► La pilule rend stérile
FAUX L'action de la pilule est réversible : si vous étiez fertile avant la prise de la pilule, vous le serez aussi quand vous l’arrêterez pour essayer d’avoir un enfant. "A l'arrêt de la pilule, les premiers cycles peuvent être irréguliers", indique le gynécologue. Il est donc tout à fait possible de devoir patienter quelques mois avant qu'une grossesse ne survienne, mais il est aussi possible de tomber enceinte quelques jours à peine après l’arrêt de la pilule.

► Fumer quand on prend la pilule est très dangereux
VRAI 
Le tabagisme constitue un facteur de risque cardiovasculaire très important, et associer cigarette et pilule démultiplie les risques. L’âge étant un facteur aggravant, le tabagisme devient même une contre-indication à la prise de la pilule après 35 ans. Après cet âge, si vous ne parvenez pas à arrêter de fumer, il faudra avoir recours à une autre méthode de contraception.

EN SAVOIR +
>> Tabac : et si on se motivait pour arrêter ?
>> Arrêt du tabac : plus vous fumez de cigarettes, plus vous prendrez des kilos

► La pilule augmente le risque de cancer
FAUX, mais…  Si les contraceptifs oraux réduisent le risque de cancers utérins de l’endomètre et ovariens d'au moins 40%, une controverse très ancienne continue de faire débat en ce qui concerne le cancer du sein. Une étude publiée au début des années 2000 dans le New England Journal of Medicine ne trouvait aucun lien d’incidence. "Les femmes utilisant des contraceptifs oraux devraient être réassurées par cette étude, puisqu'elle confirme que la pilule n'augmente pas le risque de développer un cancer du sein", commentait alors Kathy Helzlsouer, professeur d'épidémiologie et d'oncologie à l'Université John Hopkins de Baltimore.

► Certains médicaments diminuent l’efficacité de la pilule
VRAI 
Ne pensez pas pour autant que prendre des antibiotiques pour votre grippe hivernale annule les effets de votre contraceptif oral. Seuls certains médicaments sont concernés, en particulier les anti-épileptiques et d’autres traitements peu utilisés comme les antituberculeux. Quoi qu’il en soit, "quand on consulte, il faut toujours prévenir son médecin que l’on est sous pilule", souligne le Dr Tamborini.

► La pilule fait baisser la libido
PARFOIS... mais ça se soigne 
Avec certaines pilules, certaines femmes signalent une modification de leur libido, à savoir une baisse de désir. Une situation qui n’a rien d’irrémédiable. "Il faut alors en parler à son médecin qui pourra envisager de changer la prescription pour une pilule contenant un autre progestatif", indique le Dr Tamborini.

À LIRE AUSSI
>> Un pas de plus vers la "pilule" au masculin
>> Témoignage - Pourquoi j'ai dit adieu à la pilule contraceptive 

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques