Prêt(e) à arrêter de fumer ? Un tabacologue explique comment utiliser le kit anti-tabac

Prêt(e) à arrêter de fumer ? Un tabacologue explique comment utiliser le kit anti-tabac

SEVRAGE – A l’ occasion du mois sans tabac en Novembre, des kits pour aider les fumeurs à arrêter sont disponibles gratuitement en pharmacie. Olivier Smadja, un tabacologue qui a coordonné le projet, nous explique ce qu’il y a dedans et comment bien l’utiliser.

Si vous êtes décidé à écraser votre dernière cigarette, c’est sûrement le bon moment pour le faire. Dans le cadre de l’opération "Un mois sans tabac", lancée ce 1er novembre, le ministère de la Santé a mis la main à la poche. Dès le lundi 10 octobre, il est ainsi possible de retirer gratuitement des "kits anti-tabac" en pharmacie ou le commander en ligne sur le site tabac-info-service.fr.


Inspiré d'une campagne britannique démarrée en 2012, "Stoptober", le gouvernement français espère obtenir les mêmes résultats. En effet, de nombreux Britanniques se sont sevrés après avoir relevé le challenge. "Ne pas fumer pendant trente jours multiplie par cinq les chances d'arrêter définitivement", confirme le tabacologue Olivier Smadja, responsable de tabac info service. Il a coordonné le projet lancé en partenariat avec La Ligue contre le cancer et Santé Publique France. 

Que contient le kit?

-Une brochure de préparation. "Le kit est disponible dès aujourd'hui pour que les fumeurs qui souhaitent arrêter aient le temps de se préparer psychologiquement", explique le tabacologue. Comment? Le fumeur répond à un questionnaire pour faire le point sur ses motivations et son niveau de dépendance. Une étape primordiale pour réussir son arrêt le jour J. Et si vous retirez le kit plus tard ? "Une quinzaine de jours de préparation sont suffisants", rassure Olivier Smadja.


-Un agenda de 30 jours. "Cet outil est primordial dans le sevrage, indique le spécialiste. Chaque jour, le fumeur découvre une information qui le motive à poursuivre son défi." Le deuxième jour, le challenger apprend par exemple qu'il a éliminé le monoxyde de carbone impliqué dans les maladies cardiovasculaires de ses poumons. Mais ce n'est pas tout. "Des conseils et des messages d'encouragement sont aussi délivrés pour mieux vivre l’arrêt", ajoute le tabacologue. 


-Un dépliant avec des conseils pratiques. "Les fumeurs sont souvent stressés et ne savent pas comment le gérer. Des petits exercices de relaxation et de respiration peuvent alors les aider dans leur quotidien même au bureau", propose le spécialiste.


-Un sticker pour limiter la prise de poids. Parce que grossir est l'une des grandes appréhensions de ceux qui veulent arrêter, le sticker vous donne de bons conseils pour éviter l'attaque sur la balance. "Il est fréquent de prendre trois ou quatre kilos en arrêtant. Pour l'éviter, il suffit de changer ses habitudes comme marcher davantage ou être plus attentif à son régime alimentaire."


-Une petite roue pour calculer ses économies. "L'argent est une bonne source de motivation pour arrêter, reconnaît Olivier Smandja. Constater les économies réalisées ou mettre cet argent de côté pour s'offrir des petits plaisirs incite à poursuivre les efforts."

Et si ça ne marche pas?

"Il faut persévérer, encourage le spécialiste. Il existe d'autres méthodes." Les tabacologues de tabac-info-service, par exemple, sont formés pour vous délivrer des conseils personnalisés. "Les gros fumeurs peuvent demander des substituts de nicotine ou passer à la cigarette électronique", conseille encore Olivier Smadja. Le fumeur est satisfait grâce à la nicotine mais évite d’ingérer toutes les autres substances nocives. 

Vidéo- Arrêter de fumer : l'exemple encourageant du Royaume-Uni

En vidéo

JT - 20H Arrêter de fumer : l'exemple encourageant du Royaume-Uni

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques