Radios, IRM, scanner… les délais d'attente vont s'allonger

ATTENTE - L’Assurance maladie a décidé de baisser les tarifs de base de remboursements des actes d’imagerie médicale. Une baisse qui pourrait avoir des conséquences sur les délais d’attentes lorsqu’un patient prendra rendez-vous pour une radio, une IRM ou un scanner, selon les praticiens.

Un mois ? Deux mois ? Trois mois ? Combien de temps va-t-il falloir attendre désormais pour pouvoir procéder à un acte d’imagerie médicale ? L’Assurance maladie vient de baisser les tarifs de remboursements concernant les radios, les scanners ou les IRM. Une mesure qui provoque déjà une levée de boucliers du côté des praticiens. Selon eux, cette décision va avoir des conséquences importantes pour la profession, mais également pour les patients. 

Moins de matériel

A Orléans, par exemple, on compte plus de 275.000 habitants et on dénombre 400 centres d’imageries médicales. 11.000 examens sont pratiqués chaque année, un chiffre déjà conséquent. Or si l’Assurance maladie veut, avec cette mesure, obliger les médecins à baisser leurs tarifs.


Selon le directeur de l'établissement , il y aura donc moins d’argent à investir dans du nouveau matériel. "Les équipements et les installations sont prêts, mais la baisse de ces forfaits techniques rend impossible l’achat et la mise en place de cette seconde IRM", explique-t-il agacé.

Fermeture de cabinets ?

Plus d’achat possible, cela veut donc dire des délais d’attente qui ne se réduisent pas. Une IRM dure environ 25 minutes, donc quand il n’y a qu’une seule machine, le délai s’allonge. Et cela ne devrait pas s’arranger si les cabinets continuent de fermer.


Cette décision a aussi le don d’agacer les patients. "Quand on a une maladie, on veut le résultat tout de suite, pas un attendre un mois", tance l’un d’eux.


Un mois pour un arthro-scanner, deux mois pour une IRM, la région Centre est l’une des plus touchées. En moyenne, les délais sont de deux mois, ce qui en fait le mauvais élève français, avec la région Poitou-Charentes. A Orléans, trois cabinets ont déjà fermé depuis janvier 2015.

Quelle baisse ?

En six ans, les radiologues ont enregistré des baisses successives des remboursements. Depuis le lundi 13 février, le forfait pour un scanner est passé de 99 € à 94 €, et de 186 € à 172 € pour une IRM. La consultation associée, elle, baisse aussi de 6 %.


Avec cette baisse, l’Assurance maladie, par l’intermédiaire de son plan Cancer, voulait réduire le délai d’attente à 21 jours. Un objectif qui semble compliqué aujourd’hui. La Fédération des radiologues a d’ores-et-déjà prévenu qu’elle ferait grève si le texte n’était pas retiré. Un texte déjà qui a déjà été publié au Journal Officiel…

Le remboursement type d’une IRM

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques