Scandale des œufs contaminés : combien peut-on en manger sans s’exposer à un risque ?

CONSOMMATION – Suite aux révélations des œufs contaminés au fipronil, un vent de panique souffle sur les pays de l'Union européenne. 15 d’entre eux sont concernés, dont la France, et les consommateurs s’interrogent. Si les risques sanitaires sont très faibles selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), cette dernière préconise tout de même un seuil à ne pas dépasser.

Les autorités sanitaires sont rassurantes. D’après une évaluation commandée par le ministère de l’Agriculture sur la toxicité des œufs contaminés par le fipronil, un insecticide utilisé frauduleusement dans des élevages aux Pays-Bas et en Belgique, "le risque de survenue d’effets sanitaires apparaît très faible" en cas d’ingestion. Pour autant, sur la base des données recueillies, l’autorité compétente fixe la quantité maximale d’œufs pouvant être consommée en une seule fois sans s’exposer à un risque aigu. 

A chaque âge, sa quantité journalière

Les calculs du rapport se basent sur la concentration maximale de fipronil relevée dans les œufs contaminés à ce jour en Europe, soit 1,2 mg/kg. 


=> Pour l’heure, un adulte qui pèse en moyenne 70kg peut consommer 10 œufs par jour.

=> Un enfant de 11 à 17 ans, d’environ 54 kg, peut consommer 8 œufs.

=> Un enfant de 3 à 10 ans, d’un poids avoisinant les 25 kg, peut consommer 3 œufs.

=> Un enfant de 3 ans, d'environ 14,5 kg, peut consommer 2 œufs.

=> Un enfant de 1 à 3 ans, d’un poids moyen de 12,4 kg, peut consommer 1 œuf.

En vidéo

Oeufs contaminés : les réponses à vos questions

Des troubles digestifs aux risques neurotoxiques

L’Anses rappelle que le fipronil est considéré comme "modérément toxique" et que les risques sont généralement bénins. Cependant, en cas d’ingestion en grandes quantités, il peut avoir des effets d’ordre neurotoxiques, et notamment des convulsions.  "Ce type d’effet n’a néanmoins pas été observé dans les cas d’ingestion directe accidentelle de produit à base de fipronil recueillis par les centres antipoison français", note l’autorité sanitaire qui ajoute que "les niveaux de l’ordre de 10 fois la dose de référence aiguë n’ont conduit qu’à des symptômes bénins et réversibles, notamment des troubles digestifs, y compris chez l’enfant". 


Malgré les risque potentiels, le ministère de l’Agriculture a choisi de ne pas procéder à un rappel en bonne et due forme. Il a préféré communiquer les références d’un lot d’environ 48.000 œufs vendus chez Leader Price entre les 19 et 28 juillet (n° 0 NL 43651-01) et en provenance des Pays-Bas, laissant ainsi le choix au consommateur de jeter ses oeufs ou non. Le distributeur, lui, a dû retirer ceux qui se trouvaient encore en rayon. En tout, près de de 250.000 oeufs pourraient avoir été consommés en France depuis le mois d’avril 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Scandale des oeufs contaminés

Plus d'articles

Sur le même sujet