Un vaccin expérimental contre le sida testé en Afrique du Sud

Un vaccin expérimental contre le sida testé en Afrique du Sud

ESPOIR - En Afrique du Sud, des volontaires testent depuis mercredi 30 novembre un vaccin expérimental contre le sida. Un essai clinique d'une ampleur inédite pour ce pays où 7 millions de personnes vivent avec le VIH.

En cette journée mondiale de lutte contre le sida, un vaccin expérimental contre le VIH redonne une lueur d'espoir aux malades. Il est testé depuis le mercredi 30 novembre en Afrique du Sud, le pays d'Afrique australe le plus touché par ce fléau. Chaque jour, un millier de personnes sont contaminées.


Baptisée HVTN 702, cette étude va impliquer pendant quatre ans plus de 5400 volontaires, hommes et femmes sexuellement actifs âgés de 18 à 35 ans, dans quinze sites répartis sur tout le territoire sud-africain. "S'il est utilisé en même temps que les outils de prévention à l'efficacité prouvée que nous utilisons déjà, un vaccin sûr et efficace pourrait constituer le coup de grâce contre le VIH", a estimé Anthony Fauci, le directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses 

(NIAID). 


"Même un vaccin modérément efficace réduirait significativement le fardeau de la maladie dans des pays et des populations très infectés", a ajouté le patron du NIAID, qui participe à l'étude.

Je connais des gens qui sont séropositifs, j'en connais qui sont morts à cause du VIH. C'est pour eux que je suis là"Jane", une des volontaires

Au coeur du township de Soshanguve, dans le nord de la capitale Pretoria, "Jane" est l'une des premières à participer à cet essai clinique à grande échelle. Elle est très fière de monter en première ligne du combat contre le virus VIH. "Je connais des gens qui sont séropositifs, j'en connais qui sont morts à cause du VIH, certains étaient de ma famille. C'est pour eux que je suis là", confie l'étudiante de 21 ans, dont le nom doit rester caché pour respecter les règles éthiques du test. "Je veux changer les choses pour ma communauté et pour mon pays", assure-t-elle.


Dans le monde, deux millions et demi de personnes sont infectées chaque année par le virus, qui a fait plus de 30 millions de morts depuis les années 1980, selon une étude publiée lors de la conférence internationale de Durban (est de l'Afrique du Sud) en juillet. 


Le vaccin "sud-africain", spécialement adapté aux populations locales, est une version "musclée" d'une souche testée en 2009 en Thaïlande sur plus de 16.000 volontaires. Elle avait permis de réduire de 31,2% les risques de contamination trois ans et demi après la première vaccination. Encourageant, mais insuffisant.

Les chercheurs espèrent un taux d'efficacité d'au moins 50%

Même s'ils sont réticents à afficher leurs objectifs, les chercheurs espèrent que le taux d'efficacité de leur vaccin prototype atteindra au moins le seuil de 50%. "Si ce vaccin est considéré comme suffisamment efficace, il faudra alors entre cinq et dix ans pour développer sa production", pronostique le Pr. Gray, "et nous aurons besoin d'argent".


Bien loin de cet éventuel succès, "Jane" se prépare à recevoir ses premières injections. "Je n'ai peur ni des piqûres, ni du VIH", lâche-t-elle, bravache. "Il n'existe pas encore de remède, alors nous devons continuer à nous battre".

Sida : succès des autotests, de nouveaux traitements préventifs bientôt sur le marché

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques