VIDEO - Epidémie de grippe : les recommandations d'un médecin urgentiste

INTERVIEW - L’épidémie de grippe est particulièrement forte cet hiver et le pic devrait être atteint la semaine prochaine dans l’Hexagone. Comment se prémunir ? Que faire en cas de symptômes ? Qui sont les personnes à risque ? LCI vous a proposé une interview en direct sur sa page Facebook avec Wilfrid Sammut, médecin urgentiste à Versailles, voici les conseils et recommandations de ce professionnel de la santé.

LCI :  : L'épidémie de grippe prend de l'ampleur, les services d'urgence commencent à saturer. Dans quel cas faut-il se rendre aux urgences ?

Wilfrid Sammut : La gravité de la grippe expose surtout des sujets fragiles, c’est-à-dire des personnes âgées de plus de 70-75 ans qui présentent des complications. Dès qu’elles souffrent d’une grippe anormale avec des difficultés respiratoires et une intolérance à la fièvre, il est important qu’elles aillent consulter un médecin ou un service d’urgence. A contrario, les sujets plus jeunes ont une capacité de réponse à la grippe qui doit normalement leur permettre de traverser l’épidémie sans trop de difficultés (en dehors de l’absentéisme au travail ou à l’école). Ce sont les sujets de plus de 70 ans qui paient malheureusement le plus lourd tribut au cours d’une épidémie de grippe.

LCI :  : Comment faut-il soigner une grippe ?

Wilfrid Sammut : Le principal symptôme de la grippe étant la fièvre, il faut prendre des médicaments antipyrétiques (aspirine, paracétamol) mais de manière mesurée. La fièvre de la grippe observe une évolution en V : il y a une première décroissance qui fait croire que l’infection est terminée. Mais la température peut réaugmenter 24 à 48h plus tard. Le fait de lutter contre l’hyperthermie par des antipyrétiques classiques permet de vaincre les principales manifestations chez le sujet normal. Bien évidemment, ces médicaments d’automédication nécessitent - comme toute prescription médicale - certaines précautions. Par exemple, il n’est pas question qu’un patient qui souffre d’ulcère prenne de l’aspirine. Certaines pathologies peuvent en effet être exacerbées par ce type de médicaments.

LCI :  : Les femmes enceintes font-elles partie des personnes à risque ?

Wilfrid Sammut : Oui , au même titre que les personnes âgées. La contamination peut entraîner des complications dans la grossesse. Face au virus, il faut prendre les mêmes mesures de traitement symptomatique contre la fièvre en utilisant des médicaments compatibles avec la grossesse (le paracétamol plutôt que l’aspirine). Une femme enceinte contaminée doit surtout être suivie de façon accrue par son médecin ou son obstétricien.

LCI :  : Se faire vacciner est-il utile malgré le démarrage de l’épidémie ?

Wilfrid Sammut : Une fois que l’épidémie est déclarée, la vaccination n’a plus d’intérêt. L’immunité au moment de la vaccination prend une dizaine de jours afin d’être suffisamment solide pour permettre de se débarrasser du virus. Il n’est donc pas question d’entreprendre une campagne de vaccination pour les sujets non-contaminés puisque nous serons au pic de l’épidémie d’ici quelques jours. L’intérêt de vacciner les sujets indemnes n’aurait ainsi pas de sens.

LCI :  : Quels sont les réflexes à avoir pour éviter d'être contaminé ?

Wilfrid Sammut : Comme cette infection se transmet par voie aérienne, l’idéal serait que le sujet contaminé porte un masque pour protéger son entourage. Le lavage des mains, à la fois du patient et de ses proches, permet aussi d’éviter une contagion supplémentaire.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques