Vous déménagez ? Quelques pistes pour que votre enfant le supporte au mieux

Vous déménagez ? Quelques pistes pour que votre enfant le supporte au mieux

DirectLCI
CHANGEMENT – Les déménagements sont toujours une source de stress pour toute la famille. Et les enfants et les adolescents sont souvent affectés par cette nouvelle vie. Metronews a interrogé Florence Millot, psychologue, sur les moyens de bien gérer cette transition.

Les déménagements mal négociés seraient nocifs pour les ados. C’est en tout cas ce que suggère une étude publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine et relayée par le Figaro Santé . Les chercheurs ont constaté que plus les jeunes avaient changé de logement quand ils étaient enfants et plus ils avaient de risques de souffrir de maladies psychiatriques, de faire des tentatives de suicide, d’abuser de certaines substances une fois adolescents.

EN SAVOIR + >>  L'étude santé du jour : les adolescents stressés font des adultes plus réfléchis

Ne le laissez pas dans l'incertitude

Pour éviter d’affecter ceux qui seront bientôt de grands ados, Florence Millot, psychologue, nous donne quelques pistes. "Le plus inquiétant quand on déménage, ce n’est pas le changement de maison, c’est plutôt de changer de contexte. Souvent, l’école, les amis, le sport ou le parc seront différents". Avec les enfants et les ados, l’important est d'expliquer les raisons de ce changement. Pour les rassurer, faites lui faire part de vos propres craintes. L’enfant doit comprendre les raisons du changement qu’on lui impose.

Le déménagement rend les parents plus speed, plus stressés et moins disponibles. C’est ce climat de tension qui inquiète les enfants. Les petits sentent qu’il se passe quelque chose. Le parent doit prendre en compte toutes les situations nouvelles et, surtout, rester à l’écoute de leurs émotions. "En tant que parent, il faut accepter que les enfants puissent  ne pas être contents et reconnaître que cette période de transition est difficile", conseille la psychologue.

Impliquez le !

"Tu veux une peinture de quelle couleur ?" "Où on accroche le tableau ?" "Tiens, on t’a acheté un lit de grand." Autant de moyens qui permettront à votre enfant de se sentir acteur du déménagement et de se construire son univers. "La clé du déménagement ? L’imaginaire qui lui permet de visualiser son futur pour sécuriser son avenir", souligne Florence Millot. Avant de partir, montrez lui des photos de la nouvelle maison, faites lui visiter, etc. Pourquoi ne pas lui demander de faire un carton, lui aussi ? A sa manière, il participera aux préparatifs. Un conseil, mettez dans une mallette à part ses jouets favoris et ses doudous pour toujours les avoir à portée de main. Et si les mots vous manquent, il existe des livres pour préparer au mieux votre enfant à cette nouvelle vie.

Avec les adolescents, un maître mot : le dialogue. Votre enfant a peur d’être isolé ? De ne plus voir ses amis ? De ne pas s’en faire de nouveau ? Parlez-en ensemble et cherchez des solutions. Florence Millot a quelques idées : "Si votre ado s’inquiète pour ses anciens amis, proposez-lui d’organiser des vacances avec eux, consultez les sites pour l’aider à trouver sa nouvelle activité ; s’il veut un scooter, regardez avec lui si c’est possible, etc".

Restez attentif

Une fois l’installation faite dans la nouvelle maison, le plus difficile n’est pas forcément derrière vous. L’adaptation peut prendre un peu de temps. Pendant les premiers mois, restez attentifs aux réactions de vos enfants. "Même si le temps manque et que vous n’êtes pas toujours disponible, essayez d’instaurer des discussions hebdomadaires pour savoir comment va chaque membre de la famille. Et mettez aussi en place un rituel de temps passé ensemble", recommande la psychologue.

Mais parfois, les enfants et les adolescents le vivent vraiment mal. Certains signes d’alerte sont à repérer : une baisse des résultats scolaires, des colères inexpliquées, un mal de ventre ou de tête permanent, un changement de comportement, etc. Autant de signes à ne pas prendre à la légère pour ne pas passer à côté d’un véritable mal-être. 

Plus d'articles

Sur le même sujet