Les petits gestes à adopter au quotidien pour agir sur le climat

Les petits gestes à adopter au quotidien pour agir sur le climat

La lutte contre le réchauffement climatique est l'affaire de tous. Si les chefs d'Etats se réuniront à partir du 30 novembre à Paris pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, tous les citoyens peuvent agir contre la pollution en adoptant des gestes simples.

Les Français rejettent chaque année 9 tonnes de gaz à effet de serre, soit l'équivalent de 45 aller-retour Paris-Nice. La France a promis de réduire par quatre ses émissions d'ici 2050. Le but est donc d'arriver à 2 tonnes par habitant et par an. En attendant, il est possible d'adopter des habitudes simples, au quotidien, pour participer à l'effort collectif. 

Passons sur le fait qu'il est préférable de prendre les transports en commun ou d'enfourcher son vélo pour se déplacer, de prendre une douche plutôt qu'un bain, de trier ses déchets, de ne pas laisser couler l'eau, d'éteindre la lumière en sortant d'une pièce ou encore d'acheter des fruits et des légumes de saison. Voici quelques pistes moins évidentes pour réduire son empreinte carbone. 

• Manger moins de viande rouge

Possiblement cancérogène, la viande rouge est également très mauvaise pour l'environnement. Un steak de bœuf de 250 grammes rejette dans l'atmosphère 9,5 kgeqCO2 (kilos équivalents CO2), indique l'Obs. Pas la peine de devenir végétarien pour autant, le porc (1,25 kgeqCO2) et le poulet (750 geqCO2) ont un bilan carbone bien inférieur. Ces animaux se consomment presque entièrement et produisent donc moins de carcasses à éliminer que le bœuf (ce qui double son bilan carbone). A titre de comparaison, une assiette de 250 grammes de légumes émet 380 fois moins qu'un morceau de viande rouge. 

• Ne pas envoyer de mail inutile

Ecrire ou ouvrir un mail n'est pas un acte anodin pour l'environnement. Un mail d'un mégaoctet, c'est-à-dire avec une photo, représente 20 geqCO2, explique l'Obs. Les data centers informatiques qui servent à acheminer les données sont placés dans des salles climatisées à 22 ou 23°C. Sans compter l'énergie dépensée par les ordinateurs pendant leur utilisation, et celle dépensée en amont pour leur production. Il faut par exemple 130 kgeqCO2 pour fabriquer un iPad.  

• Offrir des bouquets de fleurs avec parcimonie

Un bouquet de six fleurs coupées pèse jusqu'à 4 kgeqCO2 selon le lieu où elles ont été cultivées. Bizarrement, les fleurs importées du Kenya sont deux fois moins émettrices de gaz à effet de serre que celles cultivées aux Pays-Bas, qui poussent sous des serres chauffées 24h/24.   

• Ne pas jeter ses médicaments

Des chercheurs américains ont testé des médicaments vieux de 40 ans et ont conclu que les molécules actives étaient toujours présentes à 90%. Pas besoin, donc, de jeter ses boîtes d'ibuprofène ou d'aspirine quelques jours ou quelques semaines après la date limite de consommation. Car d'après l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (Ademe), à chaque euro dépensé pour acheter des médicaments, 380 geqCO2 sont expédiés dans l'atmosphère. Ainsi, trois boîtes de paracétamol équivalent à une vingtaine de kilomètres en voiture. 

• Bannir les sacs en plastique

Sur 300 millions de tonnes de plastique produites par an dans le monde, 10% finissent dans l'océan, selon la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. Inutile de rappeler également l'existence de continents de plastique dans les eaux du globe, dont celui que l'on surnomme le 7e continent, grand comme trois fois la France. Pour éviter que ces sacs ne se retrouvent dans la nature, il est recommandé d'adopter des cabas réutilisables. Une habitude à prendre au plus vite puisqu'à partir du 1er janvier 2016 il n'y aura plus aux caisses de sacs plastiques à usage unique. Les sacs disponibles au rayon fruits et légumes devront eux disparaître au 1er janvier 2017. 

• Acheter ses livres en librairie plutôt que sur Amazon

Greenpeace a classé le géant américain Amazon comme l'un des plus mauvais élèves écologiques de son secteur. Dans son rapport 2015, l'ONG indique que l'entreprise n'utilise que 23% d'énergies propres (contre 46% pour Google, 49% pour Facebook, 73% pour Yahoo et 100% pour Apple). C'est pourquoi l'application Amazon killer vous indique, au moment de commander votre livre en ligne, la librairie la plus proche où le trouver.   

Pour avoir d'autres idées, la Ville de Paris a lancé l'application Caire Game, qui propose à ses utilisateurs de relever plusieurs défis pour agir contre le dérèglement climatique. Au fil de la concrétisation des actions proposées (acheter Made in France, faire du covoiturage, créer un compost commun avec ses voisins, cultiver ses fruits et légumes dans un jardin collectif...) un compteur additionne les émissions de CO2 ainsi économisées. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques