Mission en Terre Adélie #19 : le Grand Bleu d'une crevasse

La mission Terre Adélie

Voir
SCIENCES - Le glacier de l'Astrolabe, sur le continent Antarctique, à 10 kilomètres de la station Dumont d'Urville est un terrain d'études pour les glaciologues. À l'intérieur il y a des pépites bleues.

Tandis que Jérémie, sur sa machine-outil, usine une pièce sur mesure pour un programme scientifique ; tandis que Christophe, dans le couloir du bâtiment technique règle un laser qu’il pointera ensuite sur les nuages ; tandis que Martin remplit de cartons, l’incinérateur qui ressemble à un barbecue géant sur fond de banquise de cartons ; Paul, le responsable radio, nous avertit que l’hélicoptère vient nous chercher dans trois minutes.


Le temps est rythmé par les hélicoptères à la station Dumont d’Urville, DDU pour les intimes. Tout est minuté. Il faut débarquer le ravitaillement et le matériel du bateau qui est ancré à 70 kilomètres, il faut assurer des transports pour l’entretien des lieux et les déplacements des chercheurs. 


Justement nous avons rendez-vous avec l’équipe des glaciologues de l’IGE de Grenoble.

Ils logent à la base de Cap Prudhomme à 5 kms de DDU. Trois minutes de vol au-dessus de cette banquise en train de se liquéfier peu à peu, d’une étendue blanche, grise, bleue, mouvante avec des reflets argentés, des éclairs d’acier, des éclats de mercure.


On atterrit et tout de suite Jean-Luc, barbu, hirsute et souriant, nous souhaite la bienvenue sur le continent. "Là-bas, à DDU, vous êtes sur une île, ici, vous posez le pied en Antarctique". Pas le temps de s’attendrir. Nous devons prendre des crampons et des baudriers. Et repartir avec Emmanuel Le Meur sur le glacier dit de l’Astrolabe. 

"Ce glacier, 100 fois plus grand que la Mer de Glace à Chamonix, s'est déplacé de 15 cm"

L’Antarctique est entièrement recouverte de glace et de neige qui se sont accumulées depuis plus de 800 000 ans. Et dans cette immense masse qui s’étend sur 14 millions de km2, il y a des fleuves de glace, autrement dit des glaciers, qui coulent du centre vers la mer. Emmanuel a installé un observatoire sur le glacier de l’Astrolabe. Des antennes 


GPS qui permettent de calculer sa vitesse de déplacement. Pendant la campagne de l’été austral il faut repositionner ces antennes et recueillir les données. Tout autour le sol blanc est craquelé. Des crevasses découpent le paysage. Bertrand Lachat s’allonge à côté d’une petite faille bleue pour mieux la filmer et me dit: "Je suis au bord du gouffre !". Aujourd’hui il est facile de plaisanter. Temps idéal. Beau soleil. "On a de la chance, me dit Emmanuel Le Meur, quand le vent se lève, c’est brutal ! Soudain, le souffle de l’hélicoptère qui vient nous rechercher pique le visage et donne une petite idée de ce que peuvent être les conditions météo ici. Pendant les 4 heures de l’opération, ce glacier, 100 fois plus grand que la Mer de Glace à Chamonix, s’est déplacé imperceptiblement de 15 cm. Il avance de 300 mètres par an. 


L’appareil redécolle, le ciel s’est voilé, tout est blanc ou presque. A l’horizon on aperçoit les rochers sombres de DDU. Un autre monde à 10 kilomètres à peine.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La mission Terre Adélie

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques