VIDÉO - Grand comme un Airbus, lourd comme 10 éléphants, voici "Patagotitan mayorum", le plus gros dinosaure jamais découvert

DirectLCI
WELCOME - Il pèse environ 70 tonnes et mesure près de 40 mètres, soit la taille d'un Boeing 737-900. Le plus gros dinosaure jamais découvert, et membre d'une espèce encore inconnue, a été baptisé mercredi à New York : il s'appelle le "Patagotitan mayorum".

Le plus gros dinosaure jamais découvert a enfin un nom. Trois ans après la mise au jour de fossiles en Patagonie Argentine, l’animal a officiellement été baptisé, mercredi à New York. Il s'appelle le "Patagotitan mayorum". Long de près de 40 mètres, il pèse environ 70 tonnes, soit l'équivalent du poids de dix éléphants africains. "Nous pensons que ce dinosaure était légèrement plus gros que les autres connus auparavant", a indiqué Diego Pol, paléontologue au musée de paléontologie Egidio Feruglio de Trelew et qui a participé aux excavations. Le tibia du Patagotitan, lui, est un peu plus grand que l'employé qui a participé à sa découverte.

En 2014, 223 ossements fossilisés ont été retrouvés à un peu plus de 200 km à l'ouest de Trelew. D’après les analyses, ils appartiennent à six jeunes herbivores géants, paissant dans les forêts il y a 100 millions d’années. Leurs fossiles étant trop lourds pour être assemblés, le Musée d’Histoire naturelle de New York a trouvé le moyen d’exposer le colosse de 37,2 mètres en assemblant des éléments en fibres de verre imprimés en 3D. Exposé depuis janvier 2016, le Patagotitan ne se soucie guère des cadres qui auraient pu lui être imposés dans le musée. L'animal est en effet tellement grand que sa tête et son cou débordent jusque dans l'entrée du bâtiment.

Après vingt mois d'enquête et de comparaisons avec d'autres fossiles récupérés dans le monde entier, les scientifiques ont conclu qu'il s'agissait bien d'une nouvelle espèce. Il fallait donc lui trouver un nom. Pour Diego Pol, paléontologue argentin, la découverte de nouvelles espèces est essentielle. "Elles peuvent offrir des informations pour pouvoir répondre aux questions sur le passé de notre planète", explique-t-il.

Plus d'articles

Sur le même sujet