Grippe aviaire : 18.000 canards abattus dans le Tarn, trois élevages du Gers touchés

Grippe aviaire : 18.000 canards abattus dans le Tarn, trois élevages du Gers touchés

ÉLEVAGE - Dans le Tarn, 18.000 canards ont été abattus après la détection d'un cas de grippe aviaire ce vendredi. Un nouveau cas a été décelé dans les Hautes-Pyrénées, et trois élevages du Gers sont également concernés.

La grippe aviaire progresse et fait trembler la filière volailles et foie gras. Dans le Tarn, 18.000 canards ont été abattus après la détection d'un cas dans un élevage. Un autre cas a été décelé dans les Hautes-Pyrénées. Trois élevages du Gers ont été touchés, a annoncé ce vendredi la préfecture. Le virus pourrait se propager également dans le Lot-et-Garonne.


Dans la matinée de ce vendredi, les autorités avaient confirmé un cas de grippe aviaire H5N8, "hautement pathogène" pour les oiseaux, dans la commune D'almayrac. La totalité des canards de deux élevages distincts ont été abattus.


D'après le préfet du Tarn, "il y a des cas de suspicion" et des prélèvements sont en cours. "En effet, un jour avant les constatations des premiers canards morts dans le second élevage d'Almayrac, un convoi est parti avec des canards" vers le Gers, les Hautes-Pyrénées et le Lot-et-Garonne.


Pour l'heure, "l'objectif est de stopper impérativement la diffusion du virus" et d'autres animaux pourront être euthanasiés, prévient le préfet. 

Des exportations de foie gras toujours suspendues

Si le foyer est inoffensif pour l'homme, il conduira tout de même à ce que la France continue à suspendre ses exportations de foie gras au 3 décembre, comme c'était prévu. Pour autant, le ministère qui soutient la filière assure que "les normes internationales de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) sur la régionalisation des maladies animales devraient s’appliquer, et les exportations des produits de l’aviculture française devraient se poursuivre".


Selon Le Parisien, la préfecture du Tarn avait envoyé sur place un vétérinaire pour procéder à des analyses. La mort des canards était bien due à une bactérie qui attaquait leur système neurologique. L'Anses, l'agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, avait confirmé jeudi la présence d'un "premier foyer d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8".

Un premier cas dans le Pas-de-Calais

Des cas ont été signalés ces dernières semaines dans de nombreux pays européens, obligeant la France à accroître sa vigilance à l'approche des fêtes de fin année. "Le rôle des oiseaux migrateurs apparaît prépondérant dans la diffusion de ce virus", indique le ministère de l'Agriculture. 


Une zone de protection de 3 km et une zone de surveillance de 10 km sont mises en place autour de l'élevage. Les canards de l'exploitation infectée vont être abattus. Des abattages préventifs d'animaux seront également réalisés dans les exploitations liées épidémiologiquement au foyer détecté. 


Le virus avait une première fois été détecté le 26 novembre dans le Pas-de-Calais sur des canards sauvages.

Grippe aviaire : un cas détecté dans le Pas-de-Calais

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques