Alcooliques anonymes : 55 ans après leur création, où en est l'alcoolisme en France ?

Alcooliques anonymes : 55 ans après leur création, où en est l'alcoolisme en France ?

ADDICTION – Les Alcooliques Anonymes fêtent les 7 et 8 novembre leurs 55 ans d'existence lors d'un congrès à Paris. L'occasion pour metronews de faire un état des lieux sur l'alcoolisme en France.

Depuis 1960, les Alcooliques anonymes aident les personnes dépendantes. L'association fête les 7 et 8 novembre ses 55 ans d'existence et se réunit lors d'un congrès exceptionnel qui ne se tient que tous les cinq ans en France, pour faire de la prévention et échanger autour des risques de l'alcool. Consommation quotidienne, alcoolo-dépendance, rôle des AA : état des lieux de l'alcoolisme en France.

1 Français sur 10 consomme de l'alcool quotidiennement

13% des Français consomment de l'alcool tous les jours, selon Alcool Info Service . Une consommation plus fréquente chez les hommes puisque 19% boivent quotidiennement contre 7% des femmes. En 2008, les ménages français ont consacré 1% de leur budget aux boissons alcoolisées. Le vin est l'alcool le plus prisé des Français : environ 12% d'entre eux en boivent chaque jour.

Les consommateurs occasionnels sont ceux qui boivent moins d'une fois par semaine. Mais boire quotidiennement ne signifie pas pour autant être dépendant à la boisson. Il y aurait entre 2 à 3 millions de Français considérés alcoolo-dépendants. Mais alors, qu'est-ce qui définit la dépendance à la bouteille ?

La dépendance à l'alcool, un besoin de boire

Difficile de mesurer à partir de combien de verres on est alcoolique. Pour les professionnels de santé, l'alcoolo-dépendance ne se mesure pas à sa quantité ou à sa fréquence mais à sa dimension psychologique chez la personne qui boit. Elle s'installe souvent de façon insidieuse, et une personne ou son entourage peut mettre des années à se rendre compte de son addiction.

La dépendance à l'alcool est définie par un besoin de boire. Un alcoolique recherche d'abord dans la boisson ses effets relaxants pour y trouver un réconfort à ses problèmes, avant que ceux-ci ne se transforment en nécessité. Puis, comme toutes les addictions, l'alcool prend le dessus, le buveur développe une tolérance et doit augmenter les doses pour ressentir les effets recherchés. La personne va ensuite chercher à éviter le manque. La dépendance physique se traduit par le ressenti du manque, induisant un syndrome de sevrage (anxiété, tremblement, sueurs, agitations, etc). La dépendance psychologique à l'alcool est liée à la place que prend la boisson dans la vie de la personne, qui n'envisage pas de vivre sans.

EN SAVOIR +
>>
Alcool : 3 pistes pour savoir si vous buvez trop
>>
Deux questions simples pour dépister l'alcoolisme

Les AA, une association d'entraide entre buveurs

Longtemps boudée par les médecins et addictologues, l'association a su prouver l'efficacité de ses réunions depuis sa fondation en France en 1960. L'entraide entre pairs, le soutien d'anciens buveurs dans la prise en charge des alcooliques a montré son efficacité. La méthode n'est pas infaillible mais "la valeur de l’exemplarité est cruciale : le fait d’avoir sous les yeux d’autres personnes qui sont passées par là et ont réussi à s’en sortir", explique Marie-Ange Testelin, infirmière et présidente de l’association Ecrat-Graa, qui soutient des groupes de pairs en addictologie, dans les colonnes de La Croix .

Une personne qui souhaite intégrer les AA se voit attribuer un parrain, "un alcoolique qui a progressé sur le chemin du rétablissement et qui partage son expérience" explique l'association. "Il n'y a qu'un alcoolique qui peut comprendre un autre alcoolique, c'est le succès de l'association" témoigne Philippe, membre des AA depuis 26 ans, au micro de France Info . Les AA suivent un programme strict de douze étapes et l'assiduité aux réunions est présentée comme une des clés de la méthode. Quelque 600 réunions sont tenues chaque semaine dans l'Hexagone, comprenant plusieurs dizaines de personnes. L'association est née aux Etats-Unis en 1935, à l'initiative de deux amis qui ont pris conscience que l'entraide était importante pour se défaire de l'alcool. Aujourd'hui, les AA regroupent près de 2 millions de membres dans le monde, dont près de 6 000 en France.

À LIRE AUSSI
>>
Alcoolisme : il faut en parler
>>
3 conseils pour boire moins
>>
Pub sur l'alcool : les sénateurs reviennent à la charge pour assouplir la loi Evin

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques