Apologie du terrorisme : Jean-Marc Rouillan revient sur ses propos

Apologie du terrorisme : Jean-Marc Rouillan revient sur ses propos

TERRORISME - Une plainte a été déposée contre l'ancien membre d'Action directe, Jean-Marc Rouillan pour apologie du terrorisme après une interview publiée par un journal marseillais dans lequel il évoque le "courage" des terroristes du 13 novembre. Des propos sur lesquels il est revenu mardi.

Jean-Marc Rouillan a-t-il fait l'apologie des actes terroristes perpétrés le 13 novembre à Paris et Saint-Denis ? C'est en tout cas ce que pense l'avocate des familles des victimes, Samia Maktouf, qui a décidé de déposer plainte contre l'ancien membre du groupe d'ultra gauche, Action directe.

Des kamikazes "courageux"

Dans une interview au journal marseillais Le Ravi, Jean-Marc Rouillan a déclaré : "ils (les terroristes) se sont battus courageusement dans les rues de Paris en sachant qu'il y avait près de 3 000 flics autour d'eux. (...) On peut dire plein de choses sur eux - qu'on est absolument contre les idées réactionnaires, que c'était idiot de faire ça -, mais pas que ce sont des gamins lâches."

Des propos qui ont provoqué la colère des familles des victimes qui, par la voix de leur avocate, ont décidé de saisir le procureur de la République. Selon Samia Maktouf, ces propos relèvent de l'apologie du terrorisme, un délit puni de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende . Le parquet de Paris, saisi par l'avocate, a décidé d'ouvrir une enquête.

Rouillan condamne l'Etat Islamique

Peu après l'annonce de l'ouverture d'une enquête, l'ancien détenu est revenu sur ses propos dans une interview accordée à RTL , estimant qu'ils ont été mal interprétés. Jean-Marc Rouillan explique ainsi : "Je n'ai pas salué le courage, affirme-t-il. J'ai seulement dit que dans leur démarche de se faire tuer pour leurs idées il fallait du courage mais c'est tout. C'est une approche technique de la lutte, pas du tout une approbation de ce qu'ils ont fait. Dans la même interview je dis que ce sont des ennemis. Toute cette affaire prend des proportions incommensurables. Je ne vois pas comment ce serait poursuivi pour 'apologie' de crimes des ennemis".

Dans l'interview publiée par Le Ravi , Jean-Marc Rouillan, condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité pour les assassinats de George Bresse et René Audran, juge en effet sévèrement le groupe Etat Islamique. "Daech est très proche du capitalisme car c'est un mouvement basé sur le mortifère, le sacrifice, la mort. Jamais dans la lutte armée d'extrême gauche que j'ai pratiquée, de 1968 jusqu'à la fin des années 1980, je n'ai connu le sacrifice. Jamais. Plutôt la joie de les combattre", affirme l'ancien terroriste.

En liberté conditionnelle depuis 2012, Jean-Marc Rouillan appartenait au groupe Action directe, responsable de dizaines d'attentats en France au nom de l'anarchisme. Jean-Marc Rouillan avait été arrêté en 1980 alors qu'il devait rencontrer Carlos, lui-même responsable de plusieurs attentats sur le sol français.

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques