Bac S 2015 : le "fiasco" de la physique-chimie, surévaluée car jugée trop dure

Bac S 2015 : le "fiasco" de la physique-chimie, surévaluée car jugée trop dure

DirectLCI
EDUCATION - L'Union des professeurs de physique et de chimie, qui corrige ces jours-ci l'épreuve 2015 de la série S, a écrit au ministère. Elle dénonce "un fiasco" à cause d'exercices considérés comme trop compliqués. Un nouveau barème a été communiqué.

"En sortant, ils se sont dit : 'Rien de ce qu’on m’a appris n’est tombé cette année !'" Deux semaines après l’épreuve de physique-chimie du bac S, Vincent Parbelle ne décolère pas. Le président de l’UdPPC (Union des professeurs de physique et de chimie), considérant que les exercices retenus pour évaluer plus de 170.000 candidats ont été une erreur, a envoyé lundi un courrier au ministère de l’Education nationale pour tirer "la sonnette d’alarme".

Il faut dire que la pagaille semble totale ces derniers jours dans les rangs des professeurs. Tout a débuté en Bretagne, où des correcteurs ont signalé des moyennes catastrophiques sur plusieurs copies tests. "Le sujet n’évalue qu’à la marge les connaissances acquises cette année", nous explique Vincent Parbelle, regrettant "un niveau trop élevé" pour les élèves. Eux-mêmes ne cachent pas leur colère. Sur le site change.org, une pétition a ainsi été mise en ligne la semaine dernière. Son nom ? "Bac S Physique chimie 2015 : Le Carnage". Au total, près de 5.500 ont signé pour dénoncer des questions "intraitables pour un élève lambda", et demander "un ajustement" du barème.

A LIRE AUSSI >> Bac 2015 : les corrigés de tous les sujets dans toutes les matières pour toutes les séries

Des points "offerts"

Très vite, l’information est remontée au ministère, où un nouveau barème a été élaboré. Problème : certains points seraient ainsi "offerts" aux élèves. "Nous notons toujours sur 20, mais on récupère 1,5 voire 2 points sur certaines copies, qui vont passer de 8 à 10/20", constate, amer, le patron de l’UdPPC. Sollicité par metronews, l’Education nationale reconnaît avoir été alertée au sujet de cette épreuve, assurant que l’Inspection générale a été saisie. Mais du côté des profs, le mal est fait.

"Les programmes changent tous les ans, comment les professeurs peuvent-ils former correctement leurs élèves pour réussir des sujets comme cela ?, s’inquiète Vincent Parbelle. Nous n’arrivons pas à stabiliser les épreuves, à trouver un consensus entre le programme, les professeurs et les élèves." Avant d’appuyer : "Le ministère fait la sourde oreille à nos préoccupations."

A LIRE AUSSI >> Notre dossier consacré au bac

Plus d'articles

Sur le même sujet