Béziers : malgré les demandes de la préfecture, Ménard persiste sur son référendum anti-migrants

Béziers : malgré les demandes de la préfecture, Ménard persiste sur son référendum anti-migrants

POLÉMIQUE - Robert Ménard a annoncé mardi son intention de maintenir son projet de référendum sur l'agrandissement du Centre d'accueil de demandeurs d'asile de Béziers, malgré les critiques de la préfecture. Cette dernière menace de l'attaquer devant le tribunal administratif.

Robert Ménard persiste et signe. "Je vais maintenir le référendum et j'irai moi-même le défendre s'il le faut contre l'Etat". Quelques jours après le lancement d'une campagne d'affichage anti-migrants, le maire de Béziers a annoncé mardi son intention de maintenir son projet de référendum sur l'arrivée de migrants dans sa commune. "Les conséquences de la politique migratoire de l'Etat arrivent dans ma ville qui va en subir les conséquences. Non, je ne suis pas prêt à recevoir des migrants dans ma ville", a poursuivi Robert Ménard.  Comme pour d'autres annonces polémiques, la préfecture de l'Hérault a demandé au maire de retirer la délibération en question, faute de quoi le texte serait attaqué devant le tribunal administratif. 


Une centaine de manifestants ont par ailleurs protesté devant l'hôtel de ville de Béziers contre ce projet de délibération, qui figurait à l'ordre du jour du conseil municipal programmé en fin d'après-midi. "Plus jamais ça", "Migrants bienvenus, référendum non", pouvait-on notamment lire ou entendre dans ce rassemblement organisé par SOS Racisme, le PCF ou encore Ensemble. Certains de ces manifestants ont brièvement perturbé le conseil municipal, avant d'être évacués par des policiers municipaux.

Ménard, coutumier des polémiques

Coutumier des polémiques, l'ex-président de Reporters sans frontières avait lancé dès le 11 octobre dernier une campagne d'affichage contre l'agrandissement programmé de 40 places du Centre d'accueil de demandeurs d'asile (Cada) de Béziers. "Ça y est ils arrivent... Les migrants dans notre centre-ville", peut-on lire sur ces affiches sur lesquelles apparaissent des hommes noirs ou à la peau mate, barbus ou la tête couverte d'une capuche, massés devant la cathédrale Saint-Nazaire sous la phrase : "L'État nous les impose".  


La délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra) a saisi le parquet de Béziers à propos de cette affiche. Le parquet a ouvert une enquête confiée au service régional de police judiciaire de Montpellier. 

VIDÉO - Les associations portent plainte contre Ménard pour "provocation à la haine"

Affiches anti-migrants à Béziers : les associations portent plainte contre Ménard pour "provocation à la haine"

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques