"Comment on fait ?" : les parents d'élèves sceptiques face à l'interdiction des téléphones portables à l'école

"Comment on fait ?" : les parents d'élèves sceptiques face à l'interdiction des téléphones portables à l'école

DirectLCI
ALLÔ - Dans un entretien accordé à "L'Express", le ministre Jean-Michel Blanquer rappelle que "l'usage des téléphones est interdit en classe" et explique qu'il veut "faire respecter les règles et le droit". "Nous devons trouver le moyen de protéger nos élèves de la dispersion occasionnée par les écrans et les téléphones", indique-t-il. Seulement voilà, la Peep, fédération de parents d'élèves, estime que ce n'est pas une question déterminante et se dit sceptique.

C'était l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. Dans le chapitre éducation du programme de campagne du candidat figurait en bonne place l'interdiction des portables dans l'enceinte des écoles primaires et des collèges, une proposition qui avait alors suscité quelques doutes chez les fédérations de parents d'élèves et les syndicats d'enseignants. 


Ils rappelaient que la plupart des règlements intérieurs des établissements interdisent déjà le portable en classe. Cette fois, c'est le ministre de l'Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, qui est revenu à la charge sur ce sujet dans un entretien publié mardi par L'Express

En Conseil des ministres, nous déposons nos portables dans les casiersJean-Michel Blanquer

Dans cette entrevue, il explique qu'il "s'agit de faire respecter les règles et le droit", car si la mesure n'est pas toujours respectée,  "l'usage des téléphones est interdit en classe", rappelle-t-il. "Nous devons trouver le moyen de protéger nos élèves de la dispersion occasionnée par les écrans et les téléphones", poursuit-il, avant d'avancer une solution : "En Conseil des ministres, nous déposons nos portables dans les casiers avant de nous réunir. Il me semble que cela est faisable pour tout groupe humain, y compris une classe".


Une idée qui n'a pas fini d'agiter le monde enseignant  et qui laisse perplexe la Peep, une des deux grandes fédérations de parents d'élèves dans les établissements scolaires publics. Le président de l'association a exprimé son scepticisme sur l'interdiction des téléphones portables au collège, s'interrogeant notamment sur la faisabilité de cette mesure.

En vidéo

Vivre sans téléphone portable, c’est possible ?

"Pour nous, ce n'est pas une question déterminante. Le président (Emmanuel Macron) en avait parlé pendant sa campagne. La question est : 'comment fait-on?'", a déclaré Gérard Pommier, le président de la Peep, lors de la conférence de rentrée. Pour lui, "les conditions ne sont pas réunies". "Imaginons un collège de 600 élèves. Ils mettent tous leur téléphone dans une boîte? Comment fait-on pour les stocker ? Et pour les restituer à leur propriétaire à la fin des cours ?", a-t-il ajouté, pointant des problèmes de locaux et de personnel.


Rappelons que cette interdiction n'est pas une nouveauté. Elle existe déjà : l'article L511-5 du code de l'éducation dispose, depuis une loi de 2010, que "dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, l'utilisation durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève, d'un téléphone mobile, est interdite." 

Plus d'articles

Sur le même sujet