Couvre-feu pour mineurs dans une commune de l'Aisne : "Il y a des heures pour rentrer, 20h-21h grand maximum", affirme le maire

MESURE - Le 13 juillet, le maire d'une commune de l'Aisne, Origny-Sainte-Benoîte, a pris un arrêté afin d'interdire la circulation des mineurs sans adultes après 23 heures, après une série de dégradations et de nuisances sonores. Contacté par LCI, Francis Delville, le maire de la commune, cette mesure a été prise "pour sensibiliser les parents".

Le maire de la commune d'Origny-Sainte-Benoîte, dans l'Aisne, a pris le 13 juillet dernier un arrêté interdisant aux mineurs de moins de 15 ans de circuler sans adultes après 23 heures. Une décision qui intervient après une série de dégradations et de nuisances sonores, selon le maire de la commune, Francis Delville. Joint par téléphone, ce dernier a expliqué qu'il avait pris cette mesure non pas "pour les gosses, mais pour les parents, pour les sensibiliser.

  • 1LCI : Pourquoi avez-vous pris cette décision et a-t-elle une durée indéfinie ?

    Francis Deville : Je tiens à préciser qu’il se n’agit pas d’une interdiction. On n’a jamais interdit à personne de sortir après 23h. Dans la mesure où ces enfants-là sont accompagnés de leurs parents, ils ont le droit de sortir comme n’importe qui, comme tout bon citoyen. S’ils sortent seuls, ils sont inoffensifs. Le problème, c’est quand ils sont en bande. (...) On est dans une communauté de 1.800 personnes, j’ai essayé de mobiliser les parents d’élèves, de les sensibiliser, de leur dire 'Ecoutez, on ne laisse pas sortir les 'gosses' jusqu’à 23h ou toute la nuit. Il y a des heures pour rentrer, 20h-21h c’est bon, grand maximum. Mais cela ne bouge pas, cela continue. Et comme l’été arrive, les vacances commencent, on s’attend à pire. Pour l’instant, l’arrêté restera tel qu’il est, et si on voit que cela se stabilise et que cela s’arrange, on en fera état. Mais pour l’instant, cela ne gêne personne qu’il y ait un arrêté, au contraire. Nous n’avons aucune plainte contre cet arrêté.

  • 2LCI : Quel type de dégradations avez-vous constaté ces derniers mois ?

    Francis Delville : Cela se déroule surtout en fin de semaine, lorsque l'école est finie, à partir du vendredi soir. Ces enfants sont livrés à eux-mêmes et, à partir de 18h-19h, on les retrouve dans les rues, dans un square, dans notre abbaye, un peu partout. Après 23h, il fait plus sombre, donc ils dégradent un peu tout ce qui est devant leurs yeux, les boîtes aux lettres, les poteaux indicateurs, ils cassent des carreaux … J’ai eu plusieurs plaintes de personnes qui disent qu’ils arrachent des volets, ils cassent des clôtures, ils passent au-dessus des murs. C’est leur petit jeu, ils s’amusent. Des fois, ils cassent des rétroviseurs mais bon, cela reste de la délinquance juvénile, ils ont entre 10 et 15 ans et il ne faut pas les laisser aller trop loin. Ils ne sont pas beaucoup, ils sont une quinzaine. Donc j’ai pris mes responsabilités, on a pris un arrêté d’interdiction de tout mineur de moins de 15 ans de sortir sans ses parents. Cette mesure, je ne l’ai pas prise pour les 'gosses', mais surtout pour les parents.

  • 3LCI : D'autres communes aux alentours envisagent-elles de vous suivre ?

    Francis Delville : Autour, ce sont de toutes petites communes où il n’y a pas ce genre de problèmes. D’ailleurs, les jeunes du pourtour viennent chez nous. Donc, tout se passe chez nous. On a trois ou quatre communes autour de nous et les 'gamins' en vélo, ils sont tout de suite chez nous. Mais j’ai l’impression que cela va faire boule de neige et que chacun va prendre peut-être la même décision pour avoir plus de tranquillité, plus de calme pour nos citoyens.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques