Crash de l'avion A320 de Germanwings : ce qu'il faut retenir du rapport du BEA

Crash de l'avion A320 de Germanwings : ce qu'il faut retenir du rapport du BEA

AVIATION - Le BEA recommande un renforcement du contrôle médical et psychologique des pilotes pour améliorer la sécurité des vols, après le crash volontaire de l'A320 de Germanwings par son copilote, il y a près d'un ans, dans les Alpes françaises.

Près d'un an après la catastrophe de Germanwings, l'aviation civile française a publié dimanche des recommandations très attendues dans son rapport final sur ce crash qui a fait 150 morts.

Les experts du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) ont confirmé le scénario d'un crash volontaire commandé par le copilote, Andreas Lubitz. Et pour répondre aux questions de sécurité soulevées par ce drame, le BEA préconise notamment de renforcer le contrôle médical et psychologique des pilotes.

Le BEA a émis deux recommandations de sécurité "pour effectuer une analyse régulière des incapacités de vol, en particulier pour des problèmes psychologiques ou psychiatriques", indique-t-il dans son rapport final.

⇒ L'aviation civile française réclame des règles précises afin d'autoriser la rupture du secret médial en cas de problème psychologique d'un pilote.

⇒ Les experts recommandent aussi "que les conditions de suivi des pilotes avec des antécédents de troubles psychologiques soient définies (précisément, ndlr) quand ils sont déclarés aptes à voler".

 Il n'est pas fait pas mention en revanche de la présence obligatoire d'une deuxième personne en permanence dans le cockpit, mesure appliquée par la plupart des compagnies aériennes en Europe depuis le crash.

 Le BEA insiste aussi sur la nécessité de "mesures d'accompagnement" afin de prendre en compte une éventuelle "réticence des pilotes à déclarer leurs problèmes et à solliciter une assistance médicale par crainte de perdre leur licence".

À LIRE AUSSI >> Crash de l'A320 : comment le pilote a-t-il pu s'enfermer dans le cockpit ?

Un crash intentionnel dû à la fragilité psychologique du copilote

Le 24 mars 2015, Andreas Lubitz, le copilote du vol Barcelone-Düsseldorf de Germanwings, filiale low cost de la compagnie allemande Lufthansa, avait profité de l'absence provisoire du pilote dans la cabine pour engager la descente de l'Airbus. L'appareil, qui transportait 144 passagers et les six membres de l'équipage, s'est écrasé dans les Alpes françaises. Le BEA avait confirmé en mai qu'Andreas Lubitz avait "intentionnellement" commandé la descente jusqu'à la collision.

L'exploitation des boîtes noires a permis d'établir que le copilote s'était "retrouvé seul dans le poste de pilotage" et avait refusé d'en ouvrir la porte pendant la descente. Le dossier médical d'Andreas Lubitz a fait apparaître que ce jeune Allemand de 28 ans souffrait de dépression.

EN SAVOIR +
>> Les sombres confidences d'Andreas Lubitz à ses médecins
>> L'Allemagne déjà épinglée pour le mauvais suivi médical de ses pilotes
>>
Retrouvez notre dossier complet sur le crash de l'A320 de Germanwings

A VOIR AUSSI
>> Crash de la Germanwings : un an après, des familles vont porter plainte contre la compagnie

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques