Deux ans après la boulette du gouvernement, un site fait encore croire que la philo a été supprimée des programmes de Terminale

Deux ans après la boulette du gouvernement, un site fait encore croire que la philo a été supprimée des programmes de Terminale

Avec
ON LA REFAIT - En juin 2015, un arrêté publie les nouvelles grilles horaires des enseignement au lycée. Problème, il manque la philosophie au programme des Terminales L et ES. Une erreur aussitôt corrigée, mais l'histoire est de nouveau relayée sur les réseaux sociaux par des pages qui affirment que Najat Vallaud Belkacem a supprimé la philosophie des programmes.

La philosophie supprimée des programmes de terminale L et ES ? "Ce n'est pas une blague", affirme le site "La gauche m'a tuer". Sur sa page Facebook, cette publication partagée près de 2000 fois en moins de 24 heures renvoie un article du blogueur Pierre Parillo qui s'indigne de cette éviction supposée de la philosophie au programme de Terminale. 


Sauf que l'article en question date... du mois de juin 2015. Nous sommes remonté à l'origine de cette histoire dans le cadre du projet CrossCheck. A l'époque, c'est une boulette du ministère de l'Education nationale qui provoque un quiproquo sur la philo au programme de Terminale. 

Le 21 juin 2015 en effet, un arrêté ministériel publié au Journal officiel détaille les grilles horaires des enseignements en lycée général et technologique pour la rentrée 2016. Ces dernières sont modifiées pour intégrer l'Enseignement moral et civique (EMC). Mais  très vite, des observateurs remarquent plusieurs incohérences. Parmi celles-ci, la disparition de l'enseignement de philosophie en classes de Terminale L et ES. Une erreur épinglée dans les médias et rapidement corrigée (voir ci-dessus). La Direction de l'information légale et administrative s'est justifiée en parlant d'une "erreur de manipulation dans les services du Journal officiel, lors de la recomposition des tableaux transmis par le ministère de l'Education nationale".

"Elle veut que le peuple reste ignorant"

A l'époque, donc, l'oubli est avéré. Mais voilà que la page Facebook de "La gauche m'a tuer" relaie l'article près de deux ans après, en avril 2017, et sans préciser la date ou le fait qu'un rectificatif a été publié depuis. Une manoeuvre de désinformation qui fonctionne : les centaines de partages et les commentaires prenant cette information au pied de la lettre sont éloquents.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La chasse aux intox

Plus d'articles

Sur le même sujet